INDONESIE

DU 22 AVRIL AU 19 MAI 2017

Retrouvez toutes nos photos ici

Le 22/04 – Notre arrivée sur l’île de Bali : Seminyak

Nous partons de notre immeuble et habitation de haut standing à 8h30. Nous arrivons à l’aéroport à 9h30. Notre avion décolle pour Kuala Lumpur à 11h45. Une escale de deux heures à l’aéroport puis nous partons pour Denpasar. Nous arrivons à 21h sur l’île de Bali.

Les indonésiens sont très souriants. L’anglais est performant. Nous sentons tout de suite la différence et l’ouverture touristique par rapport à la Chine.

Evidemment, qui dit tourisme, dit pièges à touriste. Le premier d’entre eux : le transport de l’aéroport à l’hébergement. Nous n’allons pas très loin, à Seminyak, à 10 kilomètres. Et pourtant les tarifs proposés vont du simple au quadruple. Première proposition 450 000 roupies. Refus. Deuxième tentative, 250 000 roupies. Refus. Nous décidons d’aller au troisième étage de l’aéroport, le terminal des départs. Car la seule compagnie correcte, d’après le Lonely Planet, est Blue Bird, mais évidemment, celle-ci n’a pas le droit de rentrer dans le terminal des arrivées… Sont malins les indonésiens, comment récupérer un maximum d’argent auprès des touristes !

Nous réussissons donc à trouver un taxi, certainement un faux Blue Bird car celui-ci n’a pas de compteur. Il nous propose 150 000 roupies, nous négocions à 100 000 roupies. Il est OK. Mais dans la voiture son discours change, car il y a beaucoup de trafic… Il nous propose donc 140 000 roupies. Refus. Nous trouverons un accord à 120 000 roupies. Et encore, lors du rendu de monnaie, le chauffeur ne nous rend pas la somme exacte, pour encore grappiller 10 000 roupies. Heureusement, nous avons l’œil. La course ne nous reviendra donc à 120 000 roupies. Ils sont effectivement souriants et parlent parfaitement anglais les indonésiens, mais ils sont très malins ! Cela promet…

Nous arrivons à la guesthouse à 23h30. Les espaces communs ne sont pas grands, mais sont propres. Idem pour la piscine et la chambre. Nous avons réservé quatre nuits. Le petit-déjeuner est inclus. Pour 13€ par nuit, nous devrions être bien.

 

Le 23/04 – Jour 1 à Seminyak : Un grand jour

Aujourd’hui est un grand jour. C’est notre 5ème mois de voyage et ce sont les élections présidentielles en France. Nous sommes dans l’un des endroits les plus idyllique du monde, enfin c’est ce qu’il se dit, et l’avenir de notre pays, pour les 5 ans à venir, se joue actuellement. Mais nous n’oublions pas notre devoir civique. Nous avons fait nos procurations avant de partir. Marie vote pour Mathilde et Maxime vote pour Guillaume.

C’est aussi aujourd’hui que nous allons contempler notre 1ère plage balinaise. Nous ne la découvrirons que tardivement, vers 16h30 après la location d’un scooter. Effectivement, nous profitons de la journée, pour faire une grasse matinée, lire et mettre à jour notre blog. Nous avons beaucoup de retard sur l’écriture, 10 jours, et à partir de demain nous n’aurons plus trop de temps, puisque nous retrouvons Céline et Lug, des amis de Paris. Nous voulons profiter pleinement de ces instants avec eux !

Pour en revenir au voyage. Nous sommes allés en scooter à Legian Beach.

Tout d’abord, le trafic routier à Bali est vraiment intense. Même en scooter la circulation n’est pas aisée. Ensuite, il y a vraiment beaucoup de touristes, en tout cas à Denpasar et Seminyak. Enfin, la plage est blindée de monde. Pour se garer c’est un enfer.

Ne pensez pas que nous sommes blasés, mais voir un sable noir, avec des détritus, une eau non transparente et des vendeurs ambulants tous les quinze mètres… pour une île si réputée, cela nous a vraiment déçu. Nous n’en faisons cependant pas une généralité. C’était la première plage et la première sortie pour prendre nos marques. Nous trouverons très certainement des coins incroyables dans les prochains jours.

Avant de faire quelques courses pour le diner de ce soir, nous buvons quelques bières dans un bar au bord de la plage.

Nous ne sommes tout de même pas à plaindre… rassurez-vous.

 

Le 24/04 – Jour 2 à Seminyak et accueil de Céline et Lug

Comme hier matin, notre petit-déjeuner est servi sur notre terrasse à 9h30. Nous nous réveillons tranquillement et commentons ensemble les résultats des élections présidentielles. Nous avions déjà vu les résultats dans la nuit. Nous passons la matinée à regarder les discours et les commentaires sur FB.

Mathilde profitera ensuite de la piscine, pendant que Guillaume terminera d’écrire les derniers jours du carnet de bord.

A 17h, nous partons sur la plage Petitenget, Seminyak, non loin de l’hôtel de Céline et Lug que nous devons retrouver à 19h. Le début de la plage n’est vraiment pas joli. Des détritus partout… Comme hier. Puis au fur et à mesure de notre avancée, la plage se libère des hordes de touristes. D‘ailleurs les hôtels de luxe ont élu résidence sur cette partie de plage. Musique à fond, touristes occidentaux en mode débardeurs, bikinis et cocktails en main.

Nous profiterons du coucher de soleil en nous éloignant un peu de l’agitation. Nous retrouvons le bruit des vagues. Nous sommes charmés par le décor. Le soleil se couche vite. Nous reprenons notre scooter vers 18h15 et décidons d’attendre dans le bar de l’hôtel Céline et Lug.

Nous les retrouvons à 19h, comme prévu. Ils sont un peu claqués par le décalage horaire et par les deux jours passés à Bangkok. Ah… Bangkok. Cela nous a rappelé notre soirée endiablée avec Nolwenn. Nous comprenons alors la fatigue potentiellement accumulée dans cette ville.

Nous prenons quelques mojitos et bières en discutant et prenant des nouvelles de chacun. Puis aux alentours de 22h nous allons diner. Les filles ont regardé sur TripAdvisor les restaurants les mieux notés et proches de l’hôtel. Ce seront nos premiers plats typiques indonésiens chez Warung Eny. Les saveurs éclatent en bouche. La coco, la citronnelle sont parfaitement dosées. Un délice.

Nous rentrons ensuite nous coucher vers 23h30. Nous nous retrouverons demain en fin de matinée, après que Céline et Lug aient loué leur scooter.

 

Le 25/04 – Jour 3 à Seminyak

Nous prenons notre petit-déjeuner 9H30. Nous geekons et commençons la journée avec Céline et Lug à 13h. Nous partons vers 14h, le temps pour eux de réserver un scooter, pour Tanah Lot. Un village à une vingtaine de kilomètres, réputé pour son temple.

Nous ne sommes pas déçus. Effectivement le temple est idéalement placé… En front de mer. Nous en profitons pour marcher autour afin d’apprécier à sa juste valeur le panorama que Bali nous propose.

Puis sur le chemin du retour, nous nous arrêtons sur la plage des surfeurs « Batu Balong ». Même si l’eau n’est pas transparente et que le sable reste gris/noir, nous nous régalons avec la température extérieure et surtout avec la température de l’eau. Un bon spot de surfeurs : vagues à gogo, DJ set et bières. Nous restons sur le sable jusqu’au coucher de soleil.

Nous repartons ensuite dans nos hébergements respectifs pour une bonne douche. Et nous nous retrouvons à 20h15 chez Céline et Lug. Leur hôtel est plutôt pas mal. Nous profitons du roof top en les attendant. Ils profitent du massage au spa. Puis nous allons prendre un bon apéro « franchouillard » sur le balcon de leur chambre. Au menu : Vin, fromage, saucisson et pain français. Pas mieux ! Nous discutons et préparons nos prochains jours à Bali jusque 23h30.

 

Le 26/04 – Jour 4 : Le village de Jimbaran – à l’ouest de la presqu’île du sud

Nos estomacs sont réglés et le room service également. 9h30 le plateau du petit-déjeuner est servi. Nous essayons de vous faire rêver avec notre petit-déjeuner servi sur la terrasse de la chambre, mais celui-ci n’est pas ouffissime… 1 jus d’orange, 1 café, 2 toasts et 2 morceaux de pastèque.

En attendant notre linge, nous partons en scooter, tous les 2, pour la plage de Kuta, à une dizaine de kilomètre de notre logement. Même décor, le sable n’est toujours pas blanc, les vagues font environ 1,5 mètre – 2 mètres et les surfeurs sont en grand nombre. Nous restons tout de même sur notre faim. Nous trouvons que les plagistes sont beaucoup trop nombreux et très insistants, même s’ils le font poliment (#constant). Cela dénature complètement le front de mer.

Nous sommes de retour à notre auberge vers 12h15. Nous récupérons notre linge, refaisons nos sacs et commandons un Uber pour rejoindre le village de Balangan. Une heure de route nous attend. Le chauffeur Uber est plutôt sympathique. Il s’intéresse à nos envies et à ce que nous voudrions faire à Bali. Nous comprenons vite qu’il souhaite nous déposer dans un restaurant « fameux » de l’île sur la route pour Balangan… Sont malins ces indonésiens.

Nous arrivons dans notre Hostel à 13h45. Le temps que la réception retrouve notre réservation et nous voilà dans notre chambre avec vue sur mer. Bon OK, la mer est à quelques dizaines de mètres, mais nous voyons tout de même la mer et pour 13,95€ !

Céline et Lug avaient, hier soir, réservé le même hostel que nous, mais sans conviction. Ils ont donc changé d’adresse ce matin. Ils ne sont qu’à 200 mètres de chez nous. Nous les retrouvons vers 16h pour une séance bronzette sur la plage, avant d’aller boire un verre au Rock Bar. Ce bar nous a été vivement conseillé par Céline B et c’est effectivement une tuerie ! Merci Céline ! Un lieu magique dans un Resort de malade. Une vue sur mer, dans les deux sens du terme. Nous profiterons du lieu pour boire quelques verres et grignoter quelques encas. Merci à Céline et Lug d’avoir payé une grosse partie de l’addition… Salée…

 

Le 27/04 – Jour 5 : L’Ouest de la presqu’île du sud. Une super journée à Uluwatu

Nous rejoignons Céline et Lug en scooter devant leur hébergement. Un bungalow plein de charme. Puis nous partons pour le temple d’Uluwatu – Pura Luhur Uluwatu – à une dizaine de kilomètres. Les routes empruntées sont verdoyantes et ont gardé un certain charme. Nous croisons tout de même de nombreux resorts, et d’autres à venir.

Le temple est au bord d’une falaise. L’eau est turquoise. Un vrai paradis pour les tortues que nous apercevons d’en haut. Les indonésiens sont souriants. Le spectacle des cérémonies est apaisant. La musique qui les accompagnent aussi. Mathilde se fera câliner, puis embrasser par une indonésienne, qui souhaite prendre un selfie.

Le soleil est vraiment brulant. Nous ne pensons qu’à nous baigner. Direction la plage de Padang Padang. Un rêve ! Guillaume a enfin ce qu’il recherchait. Plage de sable fin, eau turquoise, farniente et vue de folie. Nous profitons un max de cette eau délicieuse.

Vient l’heure de déjeuner. Nous allons au Single Fin bar au-dessus de la plage d’Uluwatu. Un endroit conseillé par Edith P. Et encore une fois le conseil est plus que bon. Une vue sur les vague, et les surfeurs qui les taquinent. Uluwatu est un spot de surf très réputé. Nous déjeunons tous les 4, face à la mer. Spectacle majestueux (à voir le time-lapse sur FB).

Il est maintenant 15h passé. Il est temps pour nous de retourner aux hébergements et de rendre les scooters. Nous avons un van qui passe nous chercher, afin de nous emmener à Ubud. Sur la route du retour en scooter, nous avons eu la chance de voir une improvisation de coup de gueule de la part de Lug, face à un indonésien qui ne voulez pas nous laisser passer gratuitement sa barrière alors que nous étions proche de notre destination. Un geste pourtant simple habituellement, le retrait des lunettes de soleil, a pris un temps fou et surtout à complètement perdu de son effet d’intimidation, puisqu’une des branches est restée dans le casque. Fou rire. Bref, nous ferons un détour… 

Nous arrivons à 15h55, nous avons juste le temps de faire un « plouf » dans la piscine de l’hôtel afin de nous rincer du sel et sable accumulés. Nous partons à 16h15 pour 2h de transport.

Céline et Lug sont hébergés dans la villa d’un ami. Nous, nous sommes à 5 kilomètres de chez eux dans un hôtel dans le centre d’Ubud. Bon évidemment, le chauffeur, alors que nous lui avions bien précisé que nous n’allions pas au même endroit et qu’il l’avait accepté, nous demande une rallonge pour nous déposer à la deuxième adresse… Mais qu’ils sont relouds à vouloir grappiller 4 balles. L’endroit est magique, ne le pourrissez pas ! Nous ne cédons pas, mais le type ne démarre pas son véhicule tant que nous n’acceptons pas de mettre 50 000 roupies de plus. Il aura donc un « OK » très nerveux de Guillaume. Mais, comme dans la publicité MAF, « nous l’aurons un jour, nous l’aurons. » Ce jour c’était 19 minutes plus tard, quand le type nous dépose à notre adresse. Il avait estimé le temps de conduite à 35 minutes car nous étions selon lui trop loin et qu’il y avait trop de bouchon… Pas de problème mon grand, Maps.me et œil sur la montre, Guillaume veille. 5 kilomètres en 19 minutes ! Son argumentation ne tient pas. Guillaume prend les sacs, lui explique, un peu directement, qu’il n’aura pas « ses » 50 000 roupies supplémentaires et lui donne la somme prévue à 16h15. Le mec acquiesce sans pouvoir répondre. Y’en a marre de se faire avoir !

Nous arrivons à l’hôtel vers 19h. De nuit l’endroit à l’air plein de charme. Nous ne retrouverons pas Céline et Lug ce soir. Ils dinent avec leurs amis « Villa ». Nous prenons nos marques et partons diner dans les rues adjacentes de la ville.

 

Le 28/04 – Jour 1 à Ubud

Ce matin, c’est détente. Nous profitons de la piscine de l’hôtel, puis allons nous faire masser vers 13h30. Massage balinais à l’huile. La masseuse de Guillaume a dû regretter de lui avoir masser intensément le torse. Plein de poils sur les mains madame ! Nous trouvons également un coiffeur/barbier pour Guillaume.

Nous louons notre scooter en milieu d’après midi. Nous en profitons pour faire le tour d’Ubud. Nous passons par le pont Raya Ubud, Campuhan. Décor digne d’Indiana Jones. En contrebas la nature est verdoyante et intense. Les rues d’Ubud sont très jolies et beaucoup moins bondées qu’à Seminyak. Certes, il n’y a pas la mer, mais nous y sommes bien.

Nous revenons ensuite à l’hôtel et partons à pied pour le marché d’Ubud. Nous nous immergeons dans les rues attrapes-touristes. Les indonésiens sont très commerçants. C’est très agréable de négocier avec eux. Ils sont toujours souriants.

Après avoir dépenser quelques roupies dans des babioles dont nous ne nous servirons jamais, nous reprnonss notre scooter vers 18h15 et partons retrouver Céline et Lug à la Villa Lumia pour le diner. La Villa est indiquée sur Maps.me, mais comme très souvent, pas aux bonnes coordonnées… S’ajoute à cela une pluie intense, qui heureusement ne dure qu’une dizaine de minutes. Juste le temps de nous tremper ! Perdu dans Ubud, sous la pluie, nous nous arrêtons dans la première épicerie et demandons notre chemin. Ils ne connaissent pas. Un des employés nous aide à retrouver les coordonnées GPS grâce à Google Maps. Et Google Maps ressort vainqueur par K.O contre Maps.me. Nous arrivons enfin à la Villa Lumia aux alentours de 19h.

Nous passons la soirée à 4 couples, tous originaires de Picardie ! Ce n’est pas beau cela ? Nous sommes entourés de Céline et Lug, Joris et Audrey, Julie et Fabrice.

Les propriétaires sont Joris et Audrey. Ils vivent à l’année à Shanghai depuis 12 ans et heureux parents de Lucas. Joris est un ami d’enfance de Lug. La Villa est tout simplement grandiose. Grands espaces ouverts sur la piscine et les rizières alentours. Chambres gigantesques avec, pour certaines d’entre elles, salle de bain à l’extérieur. Bar, billard, grandes terrasses, jacuzzi, etc. Le tout décoré avec goût. Autant vous dire qu’ils se mettent bien ! Franchement, l’une des plus belles demeures visitées à ce jour.

Nous avons passé une excellente soirée.

Nous repartons vers minuit. Sur la route, nous assistons à une procession religieuse. Des centaines d’indonésiens, en habit traditionnel, sont dans la rue. Ils ont l’air de fêter quelques choses. En tout cas il y a une bonne ambiance. Nous profitons de la représentation et rentrons nous coucher.

 

Le 29/04 – Jour 2 à Ubud

Ce matin, pas de changement, même programme que la veille. Piscine et repos. Nous retrouvons en début d’après-midi Céline et Lug pour la visite de la Monkey Forest. Nous avions peur d’affronter les 600 singes à cause des échos que nous avions eu et des nombreux points de sécurité à respecter. Au final, ils sont très gentils ces singes. Effectivement, les primates, dès qu’ils voient de la nourriture, se jettent dessus. Mais à part cela, ils ne sont pas méchants.

Nous n’avions qu’une bouteille d’eau à la vue des singes. C’est Mathilde qui la portait et ça n’a pas loupé. Deux singes se sont jetés sur elle. Après un petit cri de surprise et 5 secondes, la bouteille d’eau était subtilisée. Une efficacité remarquable. Ils ont ouvert le bouchon et bu devant nous… Comme pour nous narguer !

A noter que la forêt est au centre d’Ubud. Les indonésiens ont réussi à garder le naturel de cet endroit. Presque la jungle en pleine ville !

Nous sommes tous les quatre affamés. Nous n’avons pas déjeuner. Nous allons donc « déjiner » (contraction de déjeuner et diner) à 16h30… Céline et Lug ont une bonne adresse balinaise grâce à Joris. Nous sommes assis face au jardin luxuriant. Nous dévorons nos demi-canards, spécialité de la maison, et cherchons une salle proposant un spectacle de danse balinaise.

Nous faisons quelques boutiques avant d’assister aux danses traditionnelles à 19h. Mathilde rachète des flip-flop, car dans la bataille avec les singes une de ses tongs s’est cassée. Bon ce ne sont pas des Havanaïas, mais des Fipper noires. L’argument prix aura séduit Guillaume. 4,5€ contre plus de 20€…. Il n’y a pas débat. Néanmoins, Guillaume risque d’en entendre parler. Heureusement que nous terminons notre voyage par le Brésil…

Nous achetons quelques bières et rejoignons le Ubud Palace pour la représentation. Nous ne sommes, malgré tout, pas trop confiants. La dernière démonstration culturelle à laquelle nous avons participé n’était pas fameuse. Trop touristique.

Bonne surprise, les 1h30 de représentation s’enchainent bien. La culture scénique balinaise est bien interprétée. Nous aimons la musique qui accompagne les danseurs et les costumes colorés.

Après cela, nous allons trinquer dans un bar à cocktail. Nous nous séparons de Céline et Lug pour quelques jours. Nous les retrouverons à Gili avant leur retour en France.

Pour information, le Oopsie Daisy est une tuerie !

 

Le 30/04 – Trip en scooter dans le nord de l’île : jour 1

Nous faisons notre sac à dos pour 2 ce matin et laissons nos gros et lourds backpacks à l’hôtel. Nous avons réservé à la même adresse pour notre retour à Ubud, le 3 mai.

Nous partons à 11h pour 53 kilomètres en direction de Jatiluwih.

En chemin, nous nous arrêtons au :

  • Pura Taman Ayun. Temple charmant avec 5 tours à plusieurs étages.

  • Pura Luhur Batukaru. Temple perdu dans la nature. La couleur verte de la mousse grimpante sur les pierres et autres marches est éclatante.

  • Rizières en terrasse de Jatiluwih. Patrimoine mondiale de l’UNESCO, ces rizières sont tout simplement remarquables. Nous faisons une balade de 2h dans le riz monté. Les escaliers/terrasses sont recouverts d’un vert lumineux. Le contraste est magnifique avec les nuages gris menaçants. A faire absolument, allez voir les photos.

Nous rejoignons notre hôtel juste en face des rizières. Idéalement situé, mais nous sommes très déçus de la chambre. Les prix sont plus élevés que dans le sud de l’île. La dure loi de l’offre et de la demande…

Nous dinons à l’heure asiatique.

Demain, nous essaierons de nous lever à 6h afin de profiter du lever du soleil.

 

Le 01/05 – Trip en scooter dans le nord de l’île : jour 2

Nous avons mis notre réveil à 6h ce matin. Guillaume se lève donc pour observer les rizières au soleil levant. Le ciel est déjà très nuageux. Les rayons du soleil ont du mal à percer l’épaisseur. Nous nous recouchons. Nous avons beaucoup de mal à nous rendormir. Guillaume rejette un œil vers 6h45. Le spectacle est sympa, mais le soleil peine toujours à se montrer. Quelques clichés pour immortaliser le moment.

Nous prenons notre petit-déjeuner à 8h. Le soleil fait enfin son apparition. La vue depuis notre table est magnifique. Un vrai tableau.

Mathilde échange quelques mots avec nos voisins français, du sud-est de la France à en entendre leur accent, mais ils ne sont pas très bavards. Nous supposons qu’ils sont également en tour du monde (ils parlaient de Birmanie et de billets d’avion déjà pris…).

Nous partons vers 9h30 pour 92 kilomètres en direction de Munduk. En chemin, nous nous arrêtons au :

  • Pura Ulun Danu Beratan + Pura Penataran. Les temples les plus connus de Bali. Ils se situent en face et sur le lac Beratan. Jolis monuments.

  • Sekumpul Waterfall au village Lemukih. Un ensemble de plusieurs cascades. Celles-ci sont parmi les plus belles que nous ayons vu depuis 5 mois. Par contre, elles se méritent. Nous sommes garés au premier parking à 1,6 kilomètres. Il faut ajouter à cela la longue descente des escaliers. SI c’était à refaire, nous ferions un bout du chemin en scooter pour n’avoir qu’à descendre les marches… Parce que sous cette chaleur et cette humidité, tout devient un véritable exploit.

  • Gitgit Waterfall. Nous souhaitons rentrer dans notre budget aujourd’hui. Il y en a marre de vivre au-dessus de nos moyens… Et comme toutes les waterfalls sont payantes, nous ne ferons pas celle-ci. Nous prenons juste la photo de la pancarte pour Guiguit’ ! (#guillaumet)

Le temps a été incertain une grande partie de la journée, mais jusque-là, pas de pluie. C’est à 14 kilomètres de notre hôtel que la pluie a commencé à s’acharner. Nous avons nos imperméables, mais ils ne suffiront pas. Les 30 minutes de scooter auront raison de l’étanchéité de nos vêtements. La pause de 10 minutes sous un abri ne résoudra rien. Nous arrivons enfin à 16h30. Nous sommes trempés des pieds à la tête. En plus de la pluie soutenue, nous recevons les vagues d’eau et de boue des camions et voitures à contre-sens… L’une des vagues nous arrivera en plein visage. Nous sommes imprégnés mais hilares.

Aimablement, le réceptionniste nous offre du café chaud et un goûter de bienvenue ! Nous en avions bien besoin.

Nous espérons profiter davantage demain matin, car nous sommes dans un bungalow charmant, avec piscine…

 

Le 02/05 – Trip en scooter dans le nord de l’île : jour 3

Nous profitons du petit-déjeuner copieux et de la piscine jusque 10h30. Comme l’avait prévu le réceptionniste, le ciel est découvert ce matin, mais les nuages gorgés d’eau approchent dangereusement. Nous devions visiter la Munduk Waterfall, à quelques kilomètres de notre logement, mais nous devons tracer. Une course contre la montre s’engage ensuite. 88 kilomètres en direction du Mont Batur. Quelques averses éparses mais rien de comparable à hier après-midi.

En chemin, nous nous arrêtons au :

  • Pura Ulun Danu Batur. Le prix de l’entrée de ce temple est excessif (35 000 roupies / personne) pour ce qu’il est. Mais surtout, le sarong, obligatoire pour pénétrer dans les lieux, est payant ! Nous décidons de le faire, mais le regretterons, même si certaines sculptures et décorations sont de toute beauté.

  • Batur Natural Hot Spring. Non loin de notre hébergement. Nous sommes rentrés juste pour voir et nous avons bien fait parce qu’il n’y plus grand chose de naturel.

Nous faisons également quelques stops pour prendre quelques photos. Les routes sont sinueuses et peu fréquentées. Une forêt intense de part et d’autre. Nous sommes loin des touristes et complexes hôteliers des premiers jours. Cela fait du bien. Nous sommes dans le Bali naturel.

Toutefois, nous rencontrons de nombreux jeunes en scooter et habillés de leurs uniformes scolaires. Ces derniers sont entièrement décorés. Après renseignement, Mathilde avait raison, ils fêtent dignement la fin de leurs années de lycée. Par « nombreux », il faut comprendre des centaines, pour ne pas dire des milliers. Nous en rencontrerons tout au long de notre trajet.

Nous arrivons à notre guesthouse, vers 15h. Nous prenons notre chambre et commençons les recherches d’un guide pour l’ascension du Mont Batur, que nous souhaitons faire demain matin. Une vraie mafia s’est organisée autour de ce trek. La guesthouse le propose pour 1 000 000 roupies pour 2. Nous avons lu sur le blog de Novo Monde (Benoit et Fabienne) qu’en 2014 ils avaient payé 350 000 roupies pour 2. Enfin, nous discutons avec des français qui, en discutant avec des locaux, nous informe que le trek ne doit pas coûter plus de 600 000 roupies pour 2.

Nous décidons de faire un tour de scooter, nous tombons sur des guérites proposants leurs services. Nous trouvons enfin un poste « officiel » de l’association des guides du Mont Batur. Après négociation, nous n’arrivons pas à baisser en-dessous de 550 000 roupies pour 2 avec petit-déjeuner. Nous validons l’offre. Nous sommes loin des 1 million proposés et entre les 350 et 600 000 discutés. Les prix ont grimpé de plus de 57% en 3 ans (+13,8€) ! La belle affaire ! Nous songeons à nous reconvertir en guide de montagne/volcan…

Nous retrouvons notre terrasse devant notre chambre vers 17h. Nous prenons l’apéritif avec les français rencontrés dans la journée. Nous sommes donc avec Charlotte, Lison, Franck et Mamie, la maman de Franck. Des gens du Nord ! De Lille. Nous dinons ensuite et allons nous coucher de bonne heure. Nous commençons la montée à 3h45 du matin demain.

 

Le 03/05 – Trip en scooter dans le nord de l’île : jour 4

Debout 3h du matin. Nous avons rendez-vous à 3h45 au poste des guides à 3 kilomètres. Nous pensions que c’était une petite guérite peu connue, quelle surprise lorsque nous voyons le parking plein et le grand nombre de marcheurs.

Nous retrouvons notre guide et commençons l’ascension à 3h45. Le guide connaît quelques mots et phrases en français, notamment les titres des chansons de Francky Vincent et de la compagnie créole… « Alice ça glisse », « C’est bon pour le moral ». Nous plaisantons. Les 1h45 de grimpette passeront rapidement.

Nous arrivons au sommet du Mont Batur (1711m) à 5h30. Un peu moins d’une heure à patienter et regarder le spectacle de la nature se réveiller. Yoman, notre guide, nous prépare un petit déjeuner de compétition : œufs, bananes et pain confiture. Nous nous faisons le plus discrets possible car de nombreux singes nous observent… Et nous connaissons leur dextérité !

Avant de redescendre, nous faisons le tour du cratère. Oui le Mont Batur est un volcan en activité. Nous voyons d’ailleurs la vapeur chaude s’échapper de la roche. La dernière fois qu’il est entré en irruption était il y a 17 ans.

Le seul hic… C’est le nombre de marcheurs ! Le chemin est très étroit et nous sommes tous en fil indienne à nous attendre les uns les autres. Dommage. Sinon le panorama est splendide. Comme l’ont écrit Fabienne et Benoit de Novo Monde « le Mont Batur offre un excellent ratio effort-récompense ».

Nous retrouvons notre scooter à 9h. Direction l’hôtel pour un deuxième petit-déjeuner et une douche. Nous partons à 10h45, après avoir salué nos compères français, que nous retrouverons peut-être à Gili, pour 35 kilomètres en direction de Ubud. Pas de pause en route. Les 2 points d’intérêts sélectionnés par Guillaume sont payants. Mathilde a décrété que ce n’était pas utile de dépenser cet argent…

Nous arrivons à notre hôtel à midi pile. Nous rendons notre puissante moto, qui a, encore une fois, fait le taff. Guillaume est exténué. Au bout de quelques minutes il s’endort. Pendant ce temps Mathilde fait le tri des photos et des recherches sur les prochaines destinations. La « deuxième » journée reprend donc à partir de 15h. Nous avons faim. Nous avions repéré un restaurant balinais, peu cher, les jours précédents. Dewa Warung est son nom. Nous y allons et ne sommes pas déçu. Effectivement, de la vraie cuisine balinaise au prix balinais. Le Nasi Goreng est divin.

La fin d’après-midi est pluvieuse, nous faisons bien quelques pas dans les rues de Ubud, mais rentrons rapidement à l’hôtel.

 

Faut-il faire un trip en moto dans le nord de Bali ?

Au total nous avons parcouru 268 kilomètres en 4 jours et cela ne nous a pas couté bien cher. Les paysages sont grandioses, notamment les rizières. Nous avons vu le Bali authentique et ses habitants et sommes allés au contact direct de la nature : cascades, volcan, rizières, etc. Le scooter est toujours pour nous synonyme de liberté et donc oui nous recommanderons toujours de louer un scooter et de s’évader.

 

Le 04/05 – Déjeuner avec Sophie, Directrice Régionale SGS et départ pour Amed

Au réveil nous profitons de la piscine quelques instants, puis retrouvons à 11h45, Sophie, ex-manager SGS de Guillaume, et Sylvain, un ami de Sophie, en vacances à Bali pour la semaine. Nous avons choisi un restaurant typique balinais pour les retrouvailles. Nous nous régalons. Le poulet à l’orange est délicieux. Nous nous remémorons les pays visités et prenons des nouvelles de Paris. Tout à l’air de fonctionner sans nous. Ahah.

Nous partons ensuite pour Amed à 14h15. Le taxi est à l’heure. 2h30 de route pour faire les 78 kilomètres. Les routes sont étroites, sinueuses et souvent en travaux. Presque impossible de doubler.

Arrivée à Amed nous prenons possession de notre chambre, très spacieuse et propre. Le gérant est très amical. Nous faisons quelques repérages avant la tombée de la nuit, puis allons nous balader sur la plage. Le sable est noir et la mer agitée.

Nous trouvons un warung peu cher en bord de mer pour diner. Le curry à l’indonésienne est un régal pour les papilles et les mamilles (#pardon). L’avantage des restaurants balinais c’est que, en grande majorité, tous les ingrédients proviennent de leur exploitation personnelle. Les plats sont donc généreux et de qualité.

 

Le 05/05 – Journée à Amed

Nous avons du mal à décoller ce matin. Nous prenons notre petit-déjeuner vers 9h, mais restons en mode « flémards » jusqu’en fin de matinée. Nous nous décidons enfin à sortir vers 11h00. Nous avons décider de ne rien faire et de « chiller » sur les transats de la plage Jemeluk. Sur le chemin, nous croisons Charlotte et Lison, que nous avons croisé quelques jours avant au Mont Batur. Elles sont en scooter et partent réserver leur baptême de plongée pour le lendemain. Nous nous retrouverons peut-être ce soir au point de vue.

Nous restons à lézarder sur la plage toute la journée, entre baignades et cocktails de fruits. Nous ne rentrons qu’à 17h pour nous doucher et nous changer. Nous arrivons au point de vue « Lookout Over bay » vers 17h45. Sur place nous rencontrons des lillois, Lucile, Milena et Clément. Ils sont en voyage pour une durée indéterminée. Ils restent 1 mois à Bali, puis partent au minimum pour un an en Nouvelle-Zélande. Ils ne sont pas stressés par l’inconnu qui les attend et sont très sympathiques. Nous passerons la soirée avec eux.

Nous allons diner dans le même restaurant qu’hier soir car les cordons bleus maison, d’après Clément sont incroyables. Effectivement, c’est une tuerie ! Nous nous régalons.

Au fur et à mesure de la conversation et des questions basiques, nous nous apprivoisons. C’est comme cela que nous apprenons que Clément travaillait dans une boutique de baskets, dans le vieux-Lille, en tant que responsable. Mais pas n’importe quelles baskets, des baskets rares et chères. Certaines paires coûtent jusqu’à 7 000€ ! La cible : des clients collectionneurs qui les achètent, ne les portent pas et les revendent plus cher quelques années plus tard !? Un marché que découvre complètement Guillaume.

Nous découvrons aussi que Clément est designer et dessinateur. Il réalise, entre autre, des modèles uniques de baskets pour ses clients. Clément nous montre également les tableaux qu’il a déjà réalisés pour des amis. Exactement le style que nous cherchons. Contemporains et colorés. Nous serons donc ses prochains clients. Nous lui enverrons un patchwork de nos idées, qu’il mettra ensuite en scène. Trop bien ! Nous avons hâte de voir le résultat !

Nous avons prévu de les retrouver en Nouvelle-Zélande durant notre trip en van. Encore une belle rencontre !

Pour clôturer la soirée, nous nous essayons à l’alcool de palme distillé par le propriétaire du restaurant… La gnôle et autre goutte que nous avons en France n’ont qu’a bien se tenir ! L’alcool de palme ça fait danser !

 

Le 06/05 – Le bateau et le bungalow écolo (ce n’est pas une fable de La Fontaine). Jour 1 à Gili Meno

Il y a 3 îles Gili : Gili, Gili, Gili ! (#musiquedekiri). Ne nous remerciez pas… Vous allez l’avoir dans la tête toute la journée ! Guillaume, lui, n’arrive plus à s’en débarrasser…

Gili Trawangan ou « T » : la fêtarde

Gili Meno : la paisible

Gili Air : l’entre-deux. Un peu de fête, un peu de repos.

Nous, nous partons pour Gili Meno ce matin, en passant par Gili Trawangan. Nous prenons le bateau à 9h45 après un bon fou rire. En effet, dans le prix du billet est compris le transport jusqu’à l’embarcadère. Le type passe nous chercher à 9h15 à l’hôtel… A 9h17 nous sommes au bateau… Sont malins ces balinais, ils ne donnent aucune indication sur le point de rencontre, afin que le prix du transport ne soit pas négocié !

L’heure de traversée pour rejoindre Gili Trawangan n’est pas des plus calmes. Le bateau est complet. Nous nous retrouvons à l’arrière du bateau, avec un autre couple de français, deux amies suisses et un non défini. En plus du bruit des moteurs, nous avons les odeurs de carburant et le remous des vagues. En 10 minutes nous sommes tous trempés. S’ajoute ensuite à cela les vomissements des voisins… Nous sommes contents d’arriver.

Nous devons ensuite prendre une seconde embarcation de Trawangan pour Meno. Evidement, les indonésiens se sont organisés pour que le bateau suivant ne soit pas dans le timing du précédent. Il n’est qu’à 16h. Ils savent bien que personne ne souhaite attendre… Qui nous interpelle dès la descente du navire ? Des locaux ! Eux, ont une barque à disposition et ils peuvent nous emmener dans les 5 minutes, par contre ce n’est pas le même prix ! Ben voyons ! Bande de roublards ! Nous négocions et partons dans les 5 minutes comme convenu.

Nous arrivons enfin à Gili Meno à 11h15. Cela vaut le coup ! C’est paradisiaque !

Nous parcourons un kilomètre jusqu’à notre guesthouse. Nous attendons quelques minutes que le bungalow soit nettoyé. Surprise tout est ouvert… il n’y a pas de mur et donc d’isolation. Les toilettes sont des toilettes sèches communes et l’eau de la douche commune est l’eau de la mer adoucie, mais toujours salée. Dans l’absolu, cela ne nous dérange pas, mais nous avons tout de même payer 15€ par nuit ! Et nous avons réservé pour 3 soirs ! Il fallait voir la tête de Mathilde, lorsque nous avons découvert les lieux et notre couchage… Guillaume en rigole encore en l’écrivant.

Nos sacs déposés, nous partons déjeuner, réserver le snorkeling pour demain et voir si nous ne trouvons pas un autre logement… Nous trouvons pour 2€ de plus un bungalow tip-top. Nous faisons l’aller-retour jusqu’à notre bungalow pour annuler les prochaines nuits, dans l’espoir qu’ils ne nous prennent pas des frais d’annulation. Sans souci. Parfait. Nous ferons le transfert demain.

Cet aléa réglé, nous profitons de la plage de sable blanc fin et de la mer turquoise. Nous rentrons cependant vers 16h car de gros nuages gris cassent notre bulle de tranquillité. Vraiment étonnant le temps indonésien. Le matin jusqu’en début d’après-midi, il fait grand beau, puis en milieu d’après-midi, fin de journée, les nuages apparaissent. Et c’est comme cela tous les jours depuis que nous sommes arrivés.

 

Le 07/05 – Jour 2 à Gili Meno + Snorkeling

Nous partons de notre logement « écolo » pour retrouver le nouveau. Sur le chemin, petite gloire, nous sommes reconnus par Anaëlle et Simon, des amis d’amis du sud-ouest (#editp et #archibald). C’est quand même classe de se faire arrêter par des gens qui vous connaissent via la page FB les « Tics autour du Monde ». Dans la même journée, nous recevons aussi un message privé d’une personne qui nous suit sur FB et qui nous a vu débarquer à Gili Trawangan la veille ! De vrais stars ! Nous retrouverons certainement Anaëlle et Simon à Lombok dans quelques jours.

Après avoir déposé nos affaires dans notre splendide bungalow, et le mot est faible, nous allons au point de RDV pour notre sortie snorkeling. Nous sommes une dizaine à embarquer sur le bateau. 3h de bonheur absolu dans les eaux transparentes entre Gili Meno et Gili Air. Une première pour nous. Nous nagerons avec les tortues et diverses variétés de poissons, dont des poissons clown (némo). Mathilde est comme une gamine qui découvre un nouveau monde. Plaisir partagé. Un super moment à deux. Nous voulons absolument tester la plongée maintenant…

A notre retour, nous achetons quelques brioches, réservons notre baptême de plongée pour le 09/05 et allons pique-niquer sur la plage. Le reste de l’après-midi se résumera à de la lecture, de la baignade et du soleil.

Nous dinons face à la mer au restaurant de l’hôtel.

 

Le 08/05 – Jour 3 à Gili Meno. Le tour de l’île

Nous profitons de notre terrasse ce matin, après le petit-déjeuner vue sur mer. Lecture pour nous 2. Nous profitons de la plage en début d’après midi et jusqu’à 15h. Le soleil est intense. Guillaume cherche de l’ombre. La chaleur ne semble pas déranger Mathilde. Nous finirons tout de même sur une paillote à boire quelques jus de fruits frais.

Après cela, nous entamons l’expédition de l’île à pied. L’île n’est pas grande et est bordée de plages. Nous découvrons une partie de l’île plus « sauvage », moins entretenue et une autre partie laissée à l’abandon, où certains hôtels sont en ruines. Dommage. La partie ouest n’est pas la plus jolie.

Nous faisons une petite halte dans un bar très sympa et apprécions le début du coucher de soleil. Le spectacle est magnifique. Puis nous reprenons notre balade en quête d’un restaurant. Nous trouvons deux restaurants non loin de notre premier hébergement. Nous en faisons un ce soir et l’autre, vraiment en face du coucher de soleil, nous nous le réservons pour demain soir. Nous sommes bien dans ce restaurant. Tellement bien que nous prenons des desserts, pour faire durer le moment. Craquage complet : banana split !

Nous rentrons la nuit tombée de notre côté de l’île. Nous passons devant un Resort magnifique, entièrement privatisé pour un mariage. L’endroit s’y prête carrément.

 

Le 09/05 – Jour 4 à Gili Meno. Baptême de plongée pour le dernier jour

C’est le grand jour. Nous sommes aussi stressés que le premier jour des épreuves du bac ! Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre, mais d’après de nombreuses personnes, notamment Vianney et Carole, la plongée c’est magique… Nous sommes donc anxieux et enjoués à la fois. La journée démarre mal, nous décidons de changer de menu pour le petit-déjeuner et nous retrouvons avec 2 pauvres tartines…

Nous avons rendez-vous à 8h30 avec Nicolas, notre moniteur. Nous préférons avoir les explications en français. Plus simple pour comprendre les instructions. Nous descendons tout de même à 12 mètres de profondeur. Pas le droit à l’erreur. Nous commençons par les explications de base et les exercices dans la piscine. A quoi sert le matériel ? Comment se comporter sous l’eau ? Quels signes utiliser ? Comment remettre son détendeur sous l’eau ? Comment réagir lorsque votre binôme n’a plus d’air ? Comment enlever l’eau dans le masque ? Etc…

La piscine ça va bien quelques temps, mais maintenant nous voulons découvrir la vraie plongée ! Nous prenons le bateau à 11h30 pour le « Air Wall ». C’est parti pour 1h de plongée. Nous y allons progressivement. La décompression se fait bien pour nous 2. Nous atteignons naturellement les 12 mètres. Nous croisons de nombreuses espèces de poissons : poissons ballon, poisson licorne, poisson perroquet, poisson clown, poisson ange… des étoiles de mer, des crevettes et une tortue verte. Les coraux aussi sont sublimes. Assister en direct à la vie sous-marine est un vrai rêve.

Vraiment génial ! Nous étions prêts à passer notre PADI – Open water – afin de pouvoir plonger jusqu’à 18 mètres partout dans le monde et à vie. Le coût nous a calmé… 300 euros par personne à rajouter pour les 2 jours supplémentaires de formation. Nous n’avons pas le budget cette fois, mais certains, nous passerons notre PADI un jour.

Bon avant la plongée, nous avons eu quelques soucis techniques. La bouteille de Mathilde n’était pas ouverte… Heureusement qu’il y a le check de sécurité. Et un des joints de la bouteille de Guillaume a lâché… Nous l’avons d’ailleurs gardé en souvenir.

La plongée c’est cool, mais ça creuse. Nous allons donc déjeuner et ensuite nous profitons de la plage.

Nous partons vers 17h30 pour le restaurant que nous avons repéré hier soir. Après une demi heure de marche, nous arrivons sur un magnifique coucher de soleil. Les lumières sont fabuleuses. L’endroit est magique. Que pourrions-nous associer comme plat à ce spectacle ? Un burger évidemment ! Bon choix, car celui-ci est vraiment de qualité.

Nous sommes conquis par Gili Meno. Un véritable paradis. Aucun véhicule motorisé ne circule et ne vient gâcher le seul bruit des vagues. Très loin du tourisme de masse. Gili Meno c’est la tranquillité assurée.

 

Le 10/05 – Jour 1 à Kuta Lombok

Nous devons quitter « notre » île. Nous partons à 8h pour Lombok. Nous faisons un stop à Bangsal, dans le nord de Lombok, après 35 minutes de bateau. Un bateau local blindé. Les sacs sont entassés au milieu sans organisation.

Après le bateau, nous avons réservé un bus pour nous emmener à notre point de chute, Kuta Lombok, réputé pour la beauté de ses plages et de ses surfeurs. Cheveux longs et blonds, aux yeux bleus, une peau salée par la mer et bronzée par le soleil ardent, le corps sculpté, charpenté par l’effort physique que demande la planche sur la vague. (#gregoireb).

Dans le bus nous rencontrons un couple de français du sud-ouest, en voyage longue durée, avec qui nous discutons et échangeons sur nos expériences. La rencontre ne sera que de courte durée, car nous changeons de bus au tiers du chemin.

Nous arrivons à Kuta Lombok vers midi. En rejoignant notre guesthouse, le hasard étant bien fait, nous passons à côté de la guesthouse de Simon et Anaëlle. Ils déjeunent avec Hugo, un compagnon de voyage depuis quelques jours. Nous déposons nos sacs, louons un scooter et les retrouvons après le déjeuner.

Nous partons ensemble pour la plage « surf beach ». Après un long chemin de terre nous arrivons enfin à destination. Aucun touriste sur la plage. Quelques surfeurs locaux s’essayent sur les vagues, mais sans grande réussite. Nous restons tout l’après-midi à discuter et à faire plus ample connaissance.

Vers 17h nous partons boire un verre au « Summit Dine and Lounge ». Une vue sympa sur une des baies qu’offre Kuta. Nous redescendons à la ville et allons nous doucher. Nous nous retrouverons à 19h pour la soirée.

Le point de rendez-vous se trouve devant la guesthouse de Simon, Anaëlle et Hugo. Nous sommes à l’heure. Nous partons tous ensemble au « Rasta bar », établissement qu’ils ont déjà écumé hier soir… Nous grignotons et consommons quelques mojitos. Nous passerons la soirée et une partie de la nuit dans ce bar. Un groupe de musique fait des reprises des grands classiques du rock. L’ambiance est cool. Une grande partie des clients se déchainent sur la piste. Nous en faisons parti.

Nous rentrons vers minuit, les oreilles défoncées par le son intense. Une excellente soirée que nous avons passé avec des camarades de jeu très sympathiques !

 

Le 11/05 – Jour 2 à Kuta Lombok

Nous prenons notre temps ce matin. Nous rejoignons Anaëlle, Simon et Hugo à la plage « Pantai Selong Belanak » vers 14h30. Lorsque nous arrivons les garçons jouent dans les vagues. Guillaume ne tarde pas à les rejoindre. Des vagues de 2 à 3 mètres que nous surfons sans planche. Un vrai plaisir de gosses. Nous y restons jusqu’à 16h30.

Nous allons nous changer et nous retrouvons à 18h30 pour boire un verre et diner. Les jeunes indonésiennes et indonésiens viennent nous vendre leurs bracelets. Quand nous disons jeunes, c’est moyenne d’âge 8 ans. Cela fait toujours mal au cœur de ne rien leur acheter, même s’ils sont très instants…

Nous rentrons nous coucher tranquillement vers 22h. Anaëlle et Simon partent demain pour la Thaïlande et nous autres sommes crevés. Nous retrouverons Hugo demain.

 

Le 12/05 – Jour 3 à Kuta Lombok

Nous commençons la journée tous les 2 par un point de vue incroyable proche de la « Tanjung Aan Beach ». Une vue à 360° sur les côtes de Kuta Lombok. La perfection, même si quelques endroits sont couverts de détritus…

Vers 13h nous retrouvons Hugo à la plage « Pantai Selong Belanak », que nous appellerons « notre plage ». Il n’y a pas foule et les vagues sont parfaites pour se déchainer. Nous déjeunons et repartons vers 15h. Nous souhaitons découvrir une autre plage réputée, non loin.

Le moins que nous puissions dire, c’est qu’elle est bien cachée celle-ci. Après avoir payé le droit d’entrée, oui parce qu’il faut toujours payer l’accès aux plages, aux points de vues, aux monuments, etc. à tout en fait, en Indonésie… Nous empruntons un chemin cabossé sur une dizaine de kilomètres. La « Mawi Surf Break » est enfin devant nous. Effectivement le spot est paradisiaque. Il n’y a que quelques surfeurs expérimentés dans l’eau et un occidental discutant avec des locaux en indonésien accoudé au bar. Il doit s’être perdu sur place depuis de nombreuses années celui-ci et il a certainement raison. Nous restons quelques instants à contempler ce décor naturel.

Nous rentrons pour nous changer et nous retrouvons, avec Hugo, au Rasta bar. L’ambiance est moins folle. Nous en profitons pour grignoter, boire quelques verres et discuter.

Après avoir fait la route jusqu’au prochain bar, nous remercions et saluons Hugo. Il pense rester encore quelques jours à Kuta, avant de découvrir Bali et de s’envoler pour l’Australie le 26/05.

Nous nous couchons rapidement. Demain notre vol est à 6h30 pour Yogyakarta. Nous sommes impatients de retrouver Ari et PA pour quelques jours !

 

Le 13/05 – Vol pour Yogyakarta et retrouvailles Ari et PA

Notre vol est à 6h30 ce matin et nous arrivons à destination à 6h45. Il n’y a qu’une heure de vol et une heure de moins entre Java et Lombok.

Avec l’aide d’un autre couple de français, nous arrivons à négocier le taxi. Nous arrivons à 7h30 à notre hôtel. Ari et PA ne sont pas encore arrivés. Leur vol arrive à 9h à Yogyakarta. Nous en profitons pour négocier et louer les scooters pour nos 2 prochains jours. Puis nous partons à la recherche d’un maillot de bain pour Mathilde. Un échec dans cette ville à 90% musulmane. Même chez H&M rien n’est proposé. Sur la route nous en profitons pour prendre notre petit-déjeuner. L’endroit est cool, mais le service… Plus de 45 minutes pour se faire servir 2 cafés, 2 part de cheese cake ! Nous avons l’habitude maintenant, il en faut plus pour nous décourager.

Nous retournons à l’hôtel, Duta Guesthouse, vers 10h30. Ari et PA sont arrivés. En attendant leur chambre, nous profitons de la piscine. Nous nous racontons nos mois de voyages, Ari et PA sont en voyage depuis 3 mois, nos découvertes, nos coups de cœur et nos impressions sur le Japon, seul pays que nous avons en commun à ce stade du voyage. Nous profiterons également de leurs bons conseils pour préparer notre trip en van en Nouvelle-Zélande.

A midi, nous faisons découvrir les premières saveurs indonésiennes à Ari et PA dans un super restaurant juste en face de notre logement. Ayam Saté et autres Bintang sont au menu. Nous partons ensuite en scooter à la découverte de quelques points d’intérêt de la ville :

  • Masjid Sumur Gumuling. Ancienne Mosquée à ciel ouvert et en sous-terrain. Nous en profitons également pour prendre nos marques dans les petites ruelles de la ville.

  • Bird market. Ce marché regroupe de nombreux commerçants. Nous y trouvons de nombreux volatiles, mais aussi des reptiles et autres espèces non identifiées.

  • Jalan (rue) Malioboro. Cette rue est censée être l’artère commerçante de la ville. Nous n’avons pas bien compris l’intérêt de celle-ci. Trop bruyante, trop de monde et pas assez de mignonnes boutiques. Par contre, nous nous rappellerons de cette rue car le parking à scooter est sur plusieurs étages. Les garçons, cons comme ils sont, prendront bien évidemment la rampe d’accès à fond afin de faire le plus grand saut… La barrière de sécurité n’est pas passée loin du guidon de Guillaume… Mais les deux roues ont décollé, c’est le principal non ? Pas pour Mathilde apparemment !

Après ces acrobaties, nous rentrons dans notre rue paisible et allons diner au restaurant de spécialités Thaï.

Nous nous couchons de bonheur, nous sommes tous les 4 en manque de sommeil.

 

Le 14/05 – Jour 2 à Yogyakarta

L’Indonésie étant un pays musulman, forcément, il y a les appels à la prière. Et la première commence vers 4h30 du matin ! Ajouter à cela les jeunes de l’hôtel d’à coté qui profitent de la piscine dès 6h du matin… Notre nuit s’est achevée à 4h30 du matin. Ari et PA bénéficient d’une chambre plus confortable, au rez-de-chaussée. Lorsque nous les retrouvons au petit-déjeuner, nous espérons bien qu’ils ont entendu le vacarme à l’aube… Mais rien. Pas un bruit. Ils ont même le culot de nous dire, qu’ils ont dormi comme des bébés ! C’est dans ces moments là que nous regrettons de ne pas mettre quelques euros en plus dans la chambre…

Les visites de la journée :

  • Sultan Palace. Début de notre succès photographique. De nombreux jeunes souhaitent se faire prendre en photo avec nous. Nous nous prêtons très volontiers au jeu.

Nous profitons également, au Palace, d’un cours/spectacle de danse Javanaise. Une quinzaine de danseuses donnent le meilleur d’elle-même. Comme pour la danse balinaise, tout se passe dans le regard et dans la gestuelle des mains et pieds.

  • Alun-Alun Selatan. Parc qui ressemble plus à un terrain vague. Pas d’intérêt. Nous en profiterons tout de même pour sympathiser avec les pilotes de pousse-pousse et prendre quelques photos. Ari se prête volontiers au jeu.

  • Taman Sari Water Castle. Bâtiment avec deux grandes piscines dans la cour intérieure. Elles étaient, semblerait-il, destinées aux jeunes vierges, du harem du sultan.

  • Marché Pasar Beringharjo. Un marché pour les locaux sur plusieurs étages. Ari et PA achètent quelques fruits pour nos prochains jours et Guillaume teste une boisson locale avec du lait, du sucre, du riz… Pas mauvais et pas de problèmes gastriques après digestion…

A notre retour, en fin d’après-midi, nous reprenons nos bonnes vieilles habitudes… Les hommes dans un bar à fléchettes et les femmes à la recherche de transport pour nos prochaines excursions ! Pour la petite histoire, Guillaume perdra ce jour là, 6 parties à 3. L’écart se resserrera après le diner.

Enfin, pour fêter nos retrouvailles dignement, nous allons diner dans un restaurant français le « Méditerranéa ». Nous ne sommes pas sur du « petit plaisir », mais bien sur du gros plaisir ! Côte de bœuf, vin rouge et dessert. La complète SVP ! Une vraie soirée parisienne, avec nos amis de Paris.

 

Le 15/05 – Jour 3 à Yogyakarta + Borobudur

Grâce aux filles (rappelez-vous la soirée de la veille), nous avons trouvé une agence proposant le tour idéal. Lever de soleil depuis une colline adjacente aux temples de Borobudur, visite de Borobudur, puis visite des Temples de Prambanam et Candi Ratu Boko.

Nous partons avec nos petits déjeuners sous le bras, préparés spécialement par la guesthouse. Il est 3h30 du matin. Notre chauffeur privé nous attend. Nous avons un peu plus d’une heure de route.

  • Lever de soleil depuis la colline. Alors, oui un lever de soleil c’est toujours joli, mais ce point de vue est beaucoup trop loin des temples de Borobudur. Nous avions choisi cette solution car c’était la plus économique. Le lever de soleil dans Borobudur coute trop cher pour notre petite bourse. Si c’était à refaire, et bien nous ne le referions pas…

  • Borobudur. Le temple de Borobudur est par contre majestueux. Nous le mettons sur le même piédestal que Bagan en Birmanie et Angkor au Cambodge. Impressionnant par sa beauté, sa grandeur, son histoire et ses détails. Nous y sommes allés tôt, et il vaut mieux y aller avant 7h30 du matin car après les touristes afflut.

  • Prambanam + Candi Ratu Boko. Ces temples sont également marquants et chargés de détails et d’histoire. Les deux sites se trouvent à quelques centaines de mètres l’un de l’autre. Des navettes sont à disposition. PA et Guillaume en ont d’ailleurs pris une. Attention, les indonésiennes ne se tenaient plus. « Elles nous trouvent très beaux » (#michelblanc). Le plus drôle c’est la réaction de Mathilde et Ari en nous voyant passer… Elles étaient à pied. Nous avons tout de même refait le chemin inverse pour les retrouver.

Sur l’ensemble de la journée, nous sommes toujours accueillis et photographiés comme des stars par les jeunes indonésiennes/indonésiens. Nous sommes comme des fous et ravis de partager ces moments. Le retour en France va être compliqué… Pourquoi personne ne nous prend en photo ? Hé ho, nous sommes là !

Cette journée en dehors de Yogyakarta, nous a fait le plus grand bien. La ville n’est pas très agréable. Il fait chaud et l’air est pollué.

Nous rentrons en début d’après-midi, après un fou rire collectif… Notre chauffeur, Lili, se tord dans tous les sens. Il doit faire, dans les plus brefs délais, un arrêt toilettes, pour le bien être de tous !Nous profitons de la piscine et organisons notre prochaine excursion au Mont Bromo.

Les garçons, accompagnés des filles, se déchainent une nouvelle fois sur les fléchettes. Faut dire que la patronne du bar est plutôt jolie. Les bières se boivent vite. Résultat des 2 jours de Challenge : Vainqueur Guillaume ! 10 contre 8. PA a craqué dans les dernières parties…

Nous dinons ensuite dans un restaurant typique indonésien proche de notre hôtel. Demain, nous partons de bonne heure pour le volcan Bromo et le périple n’est pas simple.

 

Le 16/05 – Une journée de transport pour le Mont Bromo

Une bonne journée de transport. Cela faisait longtemps. Notre train est à 7h du matin et nous en avons pour 9h. Nous avons fait quelques courses afin de nous sustenter pendant le trajet. Notre aimable guesthouse nous a d’ailleurs préparé une nouvelle fois une box pour le petit-déjeuner.

Guillaume se fera un copain de dodo. Leur relation ira loin, puisqu’il lui prêtera son épaule pendant le trajet. La relation de PA avec l’une des contrôleuses du train ira encore plus loin, puisqu’il aura droit à un clin d’œil, un baiser de loin et des jeux de regards qui n’en finissent plus. Quel charmeur ce PA.

Nous arrivons donc à la ville la plus proche du Mont Bromo, Probolinggo vers 16h. Il nous reste maintenant à trouver un bus pour notre destination finale. 1h30 de trajet environ. Nous nous arrêtons dans une agence, représenté par un voleur sans nom. Ariane négociera pendant près d’une heure sa prochaine destination avec PA : le Mont Ijen. Elle arrivera d’ailleurs à ses fins. Quant à nous, Ariane l’a tellement essoré, qu’il nous augmente notre billet de bus de 5000 roupies chacun !

Nous arrivons enfin à notre guesthouse vers 18h avec Tatiana, une suisse rencontrée à la sortie du train. Nous ne nous éternisons pas ce soir. L’ascension est prévue à 3h00 du matin.

 

Le 17/05 – Lever de soleil et ascension du Mont Bromo

Le réveil à 2h30 du matin pique un peu. Cela fait 3 jours d’affilé que nous nous levons aux aurores. Nous prenons dans un premier temps un van qui nous monte au début du chemin de la colline en face du Mont Bromo. Nous ferons le reste à pied.

Nous cherchons un point de vue dégagé pour admirer le lever du soleil. Et celui-ci nous ne voulons pas le louper, car les photos sur internet son juste magiques. Ce sera le cas.

Nous trouvons une plateforme parfaite. Quelques couples sont déjà présents. Que des français. Nous rencontrons ainsi : Maxime et Amélie, David et Elodie. Tous les 4 sont également en voyage longue durée, respectivement, 15 et 11 mois. Nous échangeons et décidons de faire le reste du chemin jusqu’au Mont Bromo ensemble. L’objectif est de passer par un chemin de traverse, afin de ne pas payer les droits d’entrée excessifs.

Les paysages au lever du jour sont fantastiques. Découvrir cette nature, avec ce sentiment de biaiser le système est jubilatoire. Nous imaginons d’ailleurs quelques arguments en cas d’obstacle. Il faut nous imaginer, les 9 francophones, à trouver les pires excuses au monde… Nous ne sommes pas loin de l’élève de collège qui rempli son carnet de liaison seul pour ne pas se faire attraper par ses parents lorsqu’il sèche les cours… Nous n’aurons cependant pas besoin de sortir ces énormités.

Le spectacle est grandiose. Plus nous approchons du volcan, car le Mont Bromo est un volcan actif, plus le paysage est lunaire. Le sol est poussiéreux malgré la rosée. Comme si la flore s’était arrêtée de vivre. Il faut dire que les dernières irruptions sont récentes : novembre 2010 et mars 2012.

Vers 9h du matin, nous arrivons en haut du volcan, à 2329 mètres d’altitude. Le cratère est impressionnant. 800 mètres de diamètre et 200 mètres de profondeur. Les grondements de Bromo sont puissants. Pendant la montée, nous sentons l’intensité grandir. Très fort. Nous n’avions jamais vécu cela. Nous restons quelques minutes au sommet et faisons une pause à quelques mètres afin de partager nos impressions.

Nous sommes de retour au village le plus près en fin de matinée. Nous avons bien mérité une bière avec vue ! Nous cherchons ensuite un taxi, van pour nous redéposer à la guesthouse. Nous sommes à 6 kilomètres. Pas de disponibilité. Nous commençons alors le trajet à pied, jusqu’à ce qu’un local nous embarque dans son pick-up pour 10 000 roupies par personne. Sont pas fous les indonésiens, sont souriants, sont serviables, mais uniquement pour récupérer un petit billet ! Dommage.

Nous sommes de retour vers 13h à la guesthouse. Après-midi relaxe pour tous : douches, siestes, négociations de salaire (#ari), tris de photos, posts Instagram et FB, bières, lecture, discussion, etc. En fait une demi-journée ça passe vite !

Nous apprenons que Tatiana est illustratrice. Nous regardons ses réalisations sur Instagram et tombons sous le charme. Nous lui avons passé commande d’une illustration du Mont Bromo en panorama. Nous verrons le résultat à notre retour ! Ce sera notre objet/souvenir de l’Indonésie.

Nos quelques jours avec Ari et PA sont passés trop rapidement. C’est déjà notre dernière soirée ensemble. Nous nous quittons demain matin. Nous avons passé un super moment avec eux ! Trop contents de retrouver des amis pendant notre voyage. Profitez bien de votre mois en Indonésie et merci pour les conseils néo-zélandais !

 

Le 18/05 – Etape Malang

Nous nous retrouvons tous ce matin pour le petit-déjeuner. Dernier fried rice pour nous certainement. Tatiana est la première à partir. Vers 9h30. Puis ce sont Ari et PA, vers 9h45. Et enfin, nous vers 10h. Nous allons tous à Probolinggo, mais ne prenons pas le même chemin ensuite. Ari, PA et Tatiana continue ensemble jusqu’au Mont Ijen, plus à l’est de Java. Nous, nous allons à Malang au plus près de l’aéroport nous permettant de gagner Jakarta pour ensuite rejoindre Sydney.

Nous sommes vers 11h30 à l’arrêt de bus de Probolinggo en attente du second pour Malang. Nous le prenons à 11h45. Un bus local, un peu défraichit mais en contact direct avec les locaux et surtout pas cher ! 36000 roupies pour 2 et pour 2h30 de route !

Nous arrivons donc à Malang vers 14h15. Le temps de trouver un taxi, de faire la route et que le taxi trouve notre adresse, nous arrivons dans notre guesthouse à 15h.

Autant vous le dire, Malang, il n’y a rien à faire. Nous ne sortirons que pour diner. Ce qui nous permettra tout de même de découvrir une spécialité : le Cola Float… 18000 calories dans un verre : Coca + boule de glace à la vanille ! Trop bon.

Le wifi n’est pas trop dégueulasse, nous en profitons donc pour passer quelques coups de fil et geeker. Notre sport national.

Nous partons demain pour Jakarta, puis Sydney.

 

Le 19/05 – Changement de Continent : Vol pour Jakarta et départ pour Sydney

C’est notre dernier jour en Asie. 6 mois que nous baroudons sur le continent à la découverte de paysages magiques, de populations accueillantes et de cuisines épicées, souvent à base de riz, mais étonnamment variées. 6 mois de belles rencontres. 6 mois que nous en prenons plein les yeux dans un environnement complètement différent de l’Europe.

Incontestablement, nous avons adoré voyager en Asie. Les asiatiques nous ont mis le pied à l’étrier. Ces 6 mois d’Asie nous ont conforté dans notre décision de tout quitter pour 12 mois.

Nous avons notre premier vol pour Jakarta à 12h45. Nous arrivons à 14h45. Puis nous enchainons, un peu plus tard pour un vol de nuit pour Sydney à 20h00 + 1h de retard. Nous arriverons en terre australienne demain matin tôt.

Océanie nous voilà !