Cambodge

Du 17 au 27 février 2017

Le 17/02 – Au revoir Laos – Bonjour Cambodge

Départ de Don Khone à 8h du matin. Premier bateau pour la terre ferme, le continent. Puis bataille pour retirer quelques dollars, enfin des kips qu’il faut ensuite échanger. En effet, nous n’avions pas prévu assez de kips pour les îles. Nous avons dû consommer nos dollars des visas, car il n’y a aucun ATM sur les îles. A savoir.

Premier scandale. Le type qui gère le bus demande à tous les passagers de lui donner les passeports avec 40$ pour le passage à la douane. Il a une technique bien rodée et affirme que « tout le monde fait comme cela, c’est plus rapide et vous n’avez pas le choix ». Ils savent mettre la pression les salauds ! Ou comment récupérer quelques dollars auprès des touristes !  Nous ne cédons pas. Nous le ferons tous seuls comme des grands. Nous sommes une vingtaine à ne pas céder sur 80 environ. Belle marge s’il arrive à cette statistique tous les jours et à chaque bus qui passe la frontière…

Nous prenons le bus, environ une demi heure de trajet jusqu’au poste frontière. Nous sympathisons avec un couple de français. Quelle région ? Nous vous le donnons dans le mille… Des bretons ! Ils habitent à La Réunion depuis 4 mois et sont là pour les vacances. Elle est sage-femme, lui est Kiné. Nous passerons les prochaines étapes avec eux. Fait drôle, ils ont entendu parlé de notre sac dans le Mékong…

Deuxième scandale en approche. Le type du bus descend avec tous les passeports et les dollars dans des gros sacs en plastiques et demande à ses « clients » de rester dans le bus. Il s’occupe de tout. Depuis quand pouvons-nous passer une frontière sans montrer son visage ? Toute les étapes se font sans que le propriétaire du passeport soit face aux douaniers. Du grand n’importe quoi ! Le bus passe la frontière et lui, récupère les passeports tamponnés et avec les visas qu’il redistribue de l’autre côté de la frontière.

Pour nous c’est plus sport. Mais nous voulons comprendre et voir cela de nos propres yeux.

Troisième scandale. Pour avoir son tampon de sortie de territoire du Laos, il faut débourser 2$/passeport. Du jamais vu ! Un groupe des pays de l’est font opposition avec l’appui de quelques backpackers, dont nous et les bretons. La stratégie tient 25 minutes, avant que le premier touriste en vacances ne craque et tende son passeport avec les dollars demandés. Forcément d’autres suivent. Les « pays de l’est » sont prêts à payer mais uniquement s’ils ont un reçu de la part des douaniers laos. Impossible évidemment. Ils durcissent un peu les échanges et filment la scène. Après cette séquence, leurs passeports se trouvent bloqués dans une autre pièce. Les douaniers ont les visages sévères et figés. Aucun sentiment ne transpire.

Au bout de 45min, tout le monde est résigné à payer la somme demandée. Nous payons les 4$ qui partent directement dans les poches des cocos corrompus. Nous avançons à la prochaine étape, tandis que les « pays de l’est » négocient toujours. Peut-être ont-ils réussi à négocier maintenant que la vague est passée ? Il est vrai que les douaniers ne peuvent se permettre de lâcher au premier groupe qui le demande et qui négocie. Ce serait une trop grosse perte pour eux. Quelle honte !

Quatrième scandale. La demande du carnet de vaccination. Aucun vaccin n’est obligatoire en Asie. C’est donc illégal de demander le carnet des voyageurs ! Nous nous l’avons en version numérisé sur le téléphone de Mathilde. Tant mieux. Mais si le voyageur ne l’a pas c’est visite médicale fictive pour 1$. Lors de notre passage, aucun d’entre nous n’a payé. Peut-être ont-ils compris que nous étions tous remontés ? Ils ne voulaient certainement pas faire de vague et ne pas perdre de temps.

Cinquième scandale. Enfin chose que nous n’expliquons pas, car c’est le cas dans d’autres pays, le prix du visa n’est pas le même à l’ambassade (30$), qu’à la frontière (35$). Nous nous ne sommes pas surpris, nous le savions déjà. La fonctionnaire de Vientiane nous avait averti.

 

Montant total de notre visa pour le Cambodge : 37$/visa. Donc tous ceux qui ont payé avant de prendre le bus 40$ se sont fait arnaqué de 3$. La marge du passeur de bus est excellente x le nombre de bus x le nombre de touristes x le nombre de jour ! Nous vous laissons imaginer le montant de l’arnaque… Il en est de même pour le tampon de sortie du Laos. Quelle honte ! Et certainement cautionner par les élites tout en haut. Et encore nous ne vous parlons pas des différents trafics qu’ils doivent faire entre ces 2 frontières. De nombreux camions sont « cul à cul » et déchargent d’un côté pour recharger de l’autre…

Bref, nous attendons que tout le monde obtienne son précieux sésame et reprenons la route. Ah oui, c’est une légende, le bus ne part pas sans les voyageurs. Il n’y a pas de contrainte de temps. C’est juste de l’intimidation de pacotille organisée par tous ces corrompus, qui disons-le sont 4 pour faire un boulot de 2 personnes ! Vous avez dit emplois fictifs ? Non ils sont présents. Ils mettent des tampons et récupèrent le blé.

Nous arrivons à Siem Reap vers 19h. Par chance nous avons changé de bus sur la route. Les places que nous avions, demandaient beaucoup de contorsion. Il aurait été compliqué de faire autant d’heures de route avec si peu d’espace. Et l’avantage de notre puissant bus est qu’il a le wifi ! Oui Madame ! Oui Monsieur !

Nous prenons à la sortie du bus un charmant tuk-tuk. Ce qui est certain, c’est que les cambodgien sont plus agréables que les laos. Plus souriants, plus commerçants aussi. En tout cas à Siem Reap.

Le tuk-tukeur nous donne son numéro de téléphone au cas où nous aurions besoin des ses services notamment pour la visite d’Angkor. Il a quand même attendu que nous nous installions dans notre chambre, pour toquer à notre porte et nous proposer son numéro de téléphone ! Le mec a envie de bosser !

Nous prenons nos marques, dinons proche de la guesthouse et préparons notre journée de demain.

 

Le 18/02 – Siem Reap – Jour 1 : La grande boucle Angkor

Malgré les conseils de Annaëlle et Lauren, nous ne partons pas à l’aube afin d’éviter l’affluence… Mais tôt quand même. Nous téléphonons au pilote du tuk-tuk de la veille, que nous appellerons Didier (par ce qu’il sympa et souriant #didierpiot), à 7h15, une heure avant le départ comme convenu avec lui.

Entre temps nous allons à un ATM à 1,5km de chez nous, dans une banque qui, selon les blogs, ne prend pas de frais supplémentaires. Malheureusement, il y a des frais et en plus l’argent ne vient pas. Les distributeurs sont en panne ce matin. Nous vérifierons tout de même que l’opération n’a pas été débitée sur notre compte bancaire. Retour à la guesthouse et retrait d’argent proche de celle-ci. Nous achetons le petit-déjeuner dans le même temps.

Didier est à l’heure. Nous partons pour le site d’Angkor à 8h15. Nous achetons nos billets, une petite fortune, 62$/personne le pass 3 jours et à 9h première visite de temple.

  • Temple Pre Rup. Deuxième moitié du Xe siècle. Divinités principales installées en 961. Style Prè Rup, sous le règne de Râjendravarman. Visite en 30 minutes.

  • Mebon Oriental. Mileu du Xe siècle. Style Prè Rup, sous le règne de Râjendravarman. Visite en 30 minutes.

  • Ta Som Temple. Fin du XIIe siècle et première moitié du XIIIe siècle. Style Bayon, sous le règne de Jayavarman VII et agrandi par Indravarman II. Visite en 30 minutes.

  • Neak Pean Temple. Fin du XIIe et XIIIe siècle. Style Bayon, sous le règne de Jayavarman VII et ses successeurs. Visite en 30 minutes. Ce temple est entouré entièrement de bassins d’eau.

  • Preah Khan Temple. Fin du XIIe et XIIIe siècle. Divinités principales installées en 1191. Style Bayon, sous le règne de Jayavarman VII et ses successeurs. Visite en 1 heure.

  • Baphuon Temple, est un temple montagne. Milieu du XIe siècle. Style Bayon, sous le règne de Udayâdityavarman. Visite en 1 heure.

  • Bayon Temple. Fin du XIIe et XIIIe siècle. La construction a vraisemblablement commencé en 1200. Style Bayon, sous les règne de Jayavarman VII à Jayavarman VIII. Visite en 2 heures. Pour nous le plus majestueux, le plus impressionnant.

  • Angkor Thom. Fin du XIIe siècle et plus tard (à l’exception de quelques monuments plus anciens, comme le Bapûon, les Khleang ou le Phimeanakas). Style Bayon tardif, sous le règne de Jayavarman VII et ses successeurs. Visite en 1 heure.

A savoir, tous les temples à Angkor, sont des temples religieux. Les principaux temples, appelés Temple d’Etat, étaient dressés au centre d’une capitale choisie par le Roi. Chaque temple pouvait accueillir des centaines de Dieu.

A contrario, plus aucun palais royal n’est debout. Certainement parce qu’ils ont été construits en bois, matériau moins résistant dans le temps.

Nous avons passé une journée très enrichissante. Pour comprendre au mieux les différents temples, nous avons négocié un livre (5$ au lieu de 15) – Angkor cité Khmer – en vente à la sauvette dans presque tous les temples. Impossible de suivre sans les indications d’un guide. Nous comprenons mieux pourquoi dans tous les guides, dans tous les blogs, l’impression de devenir un aventurier, un explorateur est décrit. La nature a repris ses droits. Dans les vestiges, les arbres poussent entre les murs, entrelaçant les pierres de leurs racines. Des tas entiers de briques, de grès, de latérite peuvent être escaladés. Atmosphère à la Tomb Raider !

Heureusement d’ailleurs, que de ces grands arbres, les fromagers, les ficus, nous gardent à l’ombre, parce que la journée ça cogne sévère !

Merci à Didier pour cette bonne journée. Il a su gérer le flux des touristes dans le parc. Au final, à part au temple Bayon, nous n’avons que très peu croisé les touristes et les chinois en particuliers.

Nous rentrons à la guesthouse vers 15h après 10km de marche tout de même. Tchao Didier, demain nous prenons un scooter pour faire la petite boucle.

Nous partons d’ailleurs louer le scooter que nous récupérons vers 17h30. La location la plus chère de notre voyage : 13$/jour.

Enfin, avant d’aller au night market, nous prenons le temps de contacter le frère et la sœur de Wahed, notre voisin/ami de rue Gérando, dont les parents les Des Pallières sont les fondateurs de l’ONG Pour un Sourire d’Enfant (PSE), l’une des principales ONG du Cambodge. Nous espérons les rencontrer lors de notre passage à Phnom Penh.

 

Le 19/02 : Siem Reap – Jour 2 : La petite boucle Angkor

Nous nous levons, cette fois, à l’aube afin de profiter pleinement du Temple principal Angkor Vat au lever du soleil. Enfin c’est ce que nous croyons…

Nous arrivons au Temple à 6h pile du matin. Un monde fou est déjà sur place, principalement des chinois. Pour le moment privilégié c’est râpé… Guillaume est déçu, les photos seront certainement gâchées par les gens au premier plan.

Finalement, nous réussissons à trouver un spot peu convoité et avec un angle de vue pas trop mal. Nous nous retrouvons devant la horde de touristes qui s’agglutinent tous au même endroit.

Nous profitons de ce moment magique jusqu’à 7h30. Puis visitons l’ensemble du site. Nous ne pensions pas que le domaine était aussi vaste. Il y a de la tonne au mètre carré !

Les visites du jour en scooter :

  • Angkor Vat. Première moitié du XIIe siècle (avec des additions postérieures). Style Angkor Vat, sous le règne de Sûryavarman II. Visite plusieurs heures. Le plus connu et le plus étendu aussi. Les salles sont hautes de plafond. Peu de lumière pénètre dans les pièces ouvertes pourtant.

  • Phnom Bakheng et point de vue. Fin du IXe et début du Xe siècle (consacré en 907). Style Bakheng, sous le règne de Yaçovarman Ier. Visite en 1 heure.

  • Baksei Chamkrong. Début et milieu du Xe siècle (reconsacré en 948). Style Bakheng et Koh Ker, sous le règne de Harshavarman Ier et restauré par Râjendravarman. Visite en 15 minutes.

  • Ta Nei Temple. Fin du XIIe et XIIIe siècle. Style Bayon, sous le règne de Jayavarman VII et agrandi par Indravarman II. Visite en 30 minutes.

  • Ta Keo Temple. De la fin du Xe au début du XIe siècle. Style Khleang, sous le règne de Jayavarman V puis Jayavîravarman. Visite en 1 heure.

  • Ta Prohm Temple. Fin du XIIe siècle au XIIIe. Style Bayon, sous le règne de Jayavarman VII et agrandi par Indravarman II. Visite en 45 heure. Un des seuls temples laissé par l’Ecole française d’Extrême-Orient, dans son « état naturel », afin de « laisser un exemple de ce à quoi ressemblaient généralement les monuments d’Angkor au moment de leur découverte au XIXe siècle. »

  • Banteay Kdei Temple. De la fin du XIIe siècle au XIIIe. Style Bayon, sous le règne de Jayavarman VII et agrandi par Indravarman II. Visite en 30 minutes.

  • Banteay Srei Temple. Seconde moitié du Xe siècle, divinités installées le 22 avril 967. Style Banteay Srei, sous le règne de Râjendravarman. Visite en 1 heure.

Ce temple se trouve à 20km au nord d’Angkor (l’avantage du scooter). Banteay Srei n’est pas un Temple royal, à la différence de la plupart des grands site d’Angkor. Il a été construit par Yajnavarâha, l’un des conseiller du Roi Râjendravarman, et (maître spirituel) du futur Roi Jayavarman V.

  • Royal Garden. Dans la ville de Siem Reap.

Une grosse journée de 12h sous la chaleur intense du Cambodge et la moto pour nous aérer. Mais quelles découvertes !

Impossible cependant de faire tous les monuments. Il faudrait des semaines pour tout faire. Surtout que chaque contour de fenêtre, chaque rempart, chaque tour, chaque bas-relief représentent, des batailles entre divinités, des scènes du quotidien (commerce avec les chinois notamment), des adorations diverses et variées. Et pour compliquer le tout, les différents Rois ont, à tour de rôle, préféré le bouddhisme et/ou l’hindouisme. Un mélange compliqué à remettre en ordre sans guide papier.

Nous rendons notre puissant 2 roues vers 18h et retrouvons pour la soirée Anaïs et Gildas au night market pour l’apéro et le diner. Nous nous ferons accoster par un anglais en pleine possession de ces moyens. Il navigue entre la langue de Molière, approximative, et celle de Shakespeare. Il nous raconte sa jeunesse en Normandie, sans que nous lui demandions quoi que ce soit. Le JCVD anglais.

 

Le 20/02 – Direction Phnom Penh

Notre Van vient nous chercher à 9h à la guesthouse. Nous prenons notre bus à l’heure et arrivons à Phnom Penh à 16h15. La compagnie est de qualité. Nous la reprendrons certainement pour notre prochain long trajet. Les 6h sont passés extrêmement vite. Chacun sa lecture, Mathilde termine son 9ème livre depuis notre départ et Guillaume termine le livre sur Angkor afin de mieux comprendre cette période du IXe au XIVe siècle.

Nous stoppons le bus avant le terminus puisque nous sommes à proximité de notre logement. Le quartier est propre et sécurisé. Nous passons devant 2 Ministères et 2 hôtels de luxe. Malheureusement, la guesthouse n’est pas sur l’artère principale, et nous nous retrouvons rapidement dans une petite rue étroite, parallèle aux palaces. Nous nous étonnions d’ailleurs du quartier pour le prix que nous avions payé… 4$ la nuit ! Record à battre.

La chambre est minuscule, à peine la place pour nos gros sacs. L’espace commun est par contre de qualité. Les voyageurs sur place ont tous le style « hippies », « bobos ». L’un d’entre eux, un français qui vit sur place depuis quelques années, les cheveux longs, le torse nu, enroulé dans sa robe, passe son temps assis à discuter et boire des bières. Il semble fatigué et très aminci. Il ressemble étrangement à Saruman dans « Le Seigneur des anneaux ».

Vers 18h nous partons à pied à la conquête de la ville. Grandes artères, tours modernes en verre et grandes enfilades de bâtiments tout neufs, style résidence olympique. Nous apprendrons plus tard, que certains bâtiments coloniaux sont détruits pour laisser place à ce genre de bâtiment construits pas les chinois.

La ville semble dynamique. La saleté n’est pas si insoutenable, par contre les odeurs et la pollution nous prennent régulièrement le nez.

A 19h30, nous rejoignons Marine, une amie de Soissons, avec JB (futur mari), Jean-Louis (papa), Hugo (frère), Noémie, Aurore et Claire (amies), dans un restaurant Khmer. Nous passons un excellent moment. La cuisine est délicieuse. La bière coule à flot.

C’est Noémie et Aurore, qui, gentiment nous ramène en scooter en fin de nuit. Et encore mieux, Aurore nous propose de nous héberger dès le lendemain pour 2 nuits ! Royal au bar.

La vraie visite de la ville commence demain après la location de notre, désormais célèbre, scooter.

 

Le 21/02 – Jour 1 visite de Phnom Penh

La chambre est un vrai four. Le ventilo fonctionne à son maximum. Un jus d’ananas en guise de petit-déjeuner et nous louons notre scooter. Nous laissons nos backpacks pour la journée. Nous récupérerons ce soir pour le transfert chez Aurore.

10h30 début des visites :

  • Wat Phnom. Le plus vieux monument religieux de la ville. A faire pour son parc qui l’entoure.

  • Independance Monument. Un simple rond-point. Pas d’intérêt. Faire le tour véhiculé suffit largement.

  • Musée du génocide – Tuol Sleng. La plus grosse claque que nous ayons prise. Il faut surtout prendre l’audioguide. Les explications sont limpides. Nous sommes restés près de 3h. L’histoire du peuple Khmer est épouvantable. Il faut absolument se rendre contre de l’atrocité de cette période, au nom de la révolution communiste.

  • Marché russe. Un marché banal. Rien de fou.

  • Phsar Thmei – Marché couvert. Ce marché est plus organisé que les autres. Il en vaut la peine.

Nous sommes repassés à notre « ancien » hôtel pour boire un verre. Nous avons récupéré les sacs les plus petits pour faire la transition avec l’appartement d’Aurore. Mathilde restera sur place, le temps que Guillaume fasse l’aller-retour avec les backpacks. Un peu galère de faire cela à 18h, heure de pointe… Guillaume ne voyait pas grand chose avec un sac devant et un sac derrière. Il a fait rire de nombreux locaux, même un policier !

18h20, Mathilde a déjà fait la visite de l’appartement. Guillaume reste sur le « cul » en rentrant dans « son » nouveau logement. Un loft de plus de 200m2 refait à neuf ! En plein centre de la ville ! Nous sommes conquis. Aurore vit avec Nadya dans ce palace des temps moderne. 2 chambres, plus un espace canapé-lit, 3 salles de bain, 2 terrasses (cour intérieure, et sur rue), orientées plein sud (non ça s’est pour la blague, belle description de l’appartement #maximemtht ?). Au top du top. Certainement notre meilleur logement de l’année.

Aurore nous propose de participer à son cours de boxe. Nous sommes épuisés par cette journée remplie d’émotion. Nous restons à l’appartement. Nous prenons nos marques. Nous la retrouverons ce soir directement chez Marine.

20h30, nous partons en scooter chez Marine. Elle organise avec JB un apéro-dinatoire avec ses parents et son frère. Parfait. Cela nous permet de découvrir leur logement et de rentrer davantage dans la peau des expatriés.

Nous repartons peu après minuit chez Aurore, qui est rentrée quelques minutes avant nous. Nous sécurisons le scooter dans la cage d’escaliers, les vols de moto sont récurrents aussi à Phnom Penh, et passons les 3 portes de sécurités. La nuit devrait être bonne.

 

Le 22/02 – Jour 2 visite de Phnom Penh et retrouvailles

Guillaume se lève à 7h30 pour déplacer le scooter en mode sécurité, afin de dégager les parties communes. Puis se recouche. Nous profitons au maximum de ce loft magnifique et partons vers 10h30 pour le Palais Royal, enfin c’est que nous pensons. En fait, nous prenons nos billets pour le Musée National… Les deux se trouvent l’un à côté de l’autre. Nous restons jusqu’à midi et bien sûr lorsque nous voulons aller au Palais Royal celui-ci est fermé. Il ré-ouvre à 14h. Nous ne verrons que l’extérieur. Pas le temps de revenir.

Nous prenons le temps de faire quelques pas sur le front du Mékong. Puis allons au Wat Ounalom. Jolies couleurs que celui-ci nous propose.

Mais le moment de la journée que nous attendons le plus est la visite de l’ONG Pour un Sourire d’Enfant (PSE), l’association de Marie-France et Christian Des Pallières, les parents de Wahed. Nous arrivons sur place à 13h. Nous voulons déjeuner dans le restaurant de l’association. Malheureusement celui-ci est fermé jusqu’à la fin du mois, pour cause de vacances. Nous nous dirigeons donc vers le marché le plus proche pour déjeuner avant la visite qui commence à 14h.

La visite dure 1h30 environ. C’est Satheya qui nous fait la visite. Il est responsable des parrainages. La visite est complète. Malgré les vacances des enfants, nombreux sont encore présents pour le soutien scolaire. Nous profitons pleinement de ce moment et posons beaucoup de question sur le fonctionnement de l’ONG. 3 centres sont répartis dans le Pays. Le principal se trouve à Phnom Penh, un autre à Siem Reap et le dernier à Sihanoukville. 700 personnes s’activent pour les enfants, mais aussi pour les parents. Il y a un réel suivi de la famille. Les études vont du primaire, en passant le BTS et jusqu’à l’école de commerce ! L’organisation logistique est une belle machine. Le but de PSE est de répondre en interne à toutes les problématiques qu’ils peuvent rencontrer. Incroyable.

Avant de repartir, nous achetons quelques produits à la boutique et surtout nous achetons le livre de la famille Des Pallières – Quatre enfants et un rêve – l’histoire de leur premier voyage de 18 mois avec nain-bus. Ce sera notre livre de chevet.

Encore merci pour l’accueil ! Et longue vie à cette association !

En rentrant nous passons par le marché Orussey et allons rendre notre scooter à notre première guesthouse. Nous rentrons à pied chez Aurore, avec qui nous prendrons l’apéro avant de sortir diner avec Tranber et sa future femme Sophie. Ce qui devait être un simple diner se terminera à 3h avec quelques Gin tonic dans la tronche…

 

Le 23/02 – Départ pour Koh Rong Samloem

Encore un grand merci pour l’accueil ! C’était canon (#hortense).

Nous nous levons en même temps qu’Aurore ce matin afin d’éviter les problèmes de clés. Notre bus passe nous chercher à 9h15. Il est 8h00. Nous allons boire un café et un jus dans le bar à smoothie en bas de la rue. Notre Van est à l’heure.

Le transport est toujours de bonne qualité, nous avons repris la même compagnie. Nous arrivons à Sihanoukville à 15h. Les tuk-tuks se pressent sur nous pour nous emmener à l’embarcadère. Mathilde craque. Guillaume également. Nous leur demandons 2 minutes le temps de souffler.

Nous prenons un tuk-tuk après avoir négocié la course 2$ jusqu’à l’embarcadère. De là nous prendrons nos tickets pour Koh Rong Samloem. Le prochain départ est à 17h.

Le speed boat porte bien son nom. D’après Maps.me nous sommes à 30 nœuds (environ 55 km/h). Nous sommes secoués mais bien assis dans des sièges confortables. La traversée ne dure que 45 minutes. Fraichement débarqués, nous recherchons l’adresse de notre bungalow sur Maps.me. 30 minutes de marche sur la plage avec nos sacs sur le dos. Franchement l’endroit est paradisiaque.

Nous prenons possession de notre bungalow. Un peu sommaire pour 30€/nuits, mais c’est le moins cher que nous ayons trouvé sur ce côté de l’île. Et puis nous voyons quand même la plage de notre terrasse…

Diner rapide dans le restaurant d’à côté et dodo. Nous devons être d’attaque pour commencer les longues journées à ne rien faire ! hihi.

 

Le 24/02 – Jour 1 de repos à Koh Rong Samloem

Nous prenons notre petit-déjeuner à 9h15. Prêts nous sommes à ne rien faire. Au programme, lecture, écriture, baignade, bronzage.

Nous tenons comme cela jusque 18h. Puis nous allons faire quelques pas le long de la plage afin de trouver un restaurant pour le diner. Tout est trop cher. Nous préférons prendre quelques chips et bières. Ce sera apéritif-dinatoire sur notre terrasse, puis lecture avant de nous endormir.

 

Le 25/02 – Jour 2 de repos à Koh Rong Samloem

Nous prenons notre petit-déjeuner à 9h15. Prêts nous sommes à ne rien faire. Au programme, lecture, écriture, baignade, bronzage.

Puis nous allons faire quelques pas sur le bord de l’eau. Nous avions repéré un restaurant/hôtel The One (#benoitethortense) qui propose un diner sur la plage. Nous y allons pour 18h30. Le temps est menaçant mais il tiendra jusqu’à a fin de notre diner.

Nous nous faisons plaisir ce soir ! Cocktail Mojito-Passion pour chacun, puis crevettes grillées pour Mathilde et Barracuda pour Guillaume. Nous sommes au top du top.

 

Le 26/02 – Jour 3 de repos à Koh Rong Samloem

Deux choses sont étonnantes sur cette île :

  • Le calme est absolu. Même si quelques voyageurs mettent la musique, celle-ci reste discrète et de bonne qualité (jazz et musiques d’ambiance)

  • La journée, il fait magnifiquement beau, mais en soirée le ciel se couvre pour laisser place, vers 21h, à l’orage. Et le lendemain cela recommence. La puissance du vent fait bouger notre bungalow, mais l’air est plus doux. Nous ne nous en plaindrons pas. Beaucoup mieux pour dormir.

Nous prenons notre petit-déjeuner à 9h15. Prêts nous sommes à ne rien faire. Au programme, lecture, écriture, baignade, bronzage.

Et nous répétons l’apéritif-dinatoire sur notre terrasse pour ce soir.

 

Le 27/02 – Jour 4 et dernier jour de repos à Koh Rong Samloem + départ pour le Vietnam

Nous prenons notre petit-déjeuner à 9h00. Aujourd’hui c’est le départ. Nous commencions à nous habituer à notre rythme : lecture, écriture, baignade, bronzage. Toutes les bonnes choses ont une fin.

Nous aurions pu faire le tour de l’île en passant par la jungle, comme nous l’avait suggéré Doudou Cambu. Mais simplement pas la motivation.

Nous rendons notre chambre à 11h. Nous finalisons les dernières lignes de notre carnet de voyage que nous mettrons certainement en ligne pendant nos jours au Vietnam. Nous avons 2 pays de retard.

Nous partons à 14h30 pour 30 minutes de marche sur la plage afin de retourner à l’embarcadère. Nous prenons le bateau à 15h45, le temps pour nous de sécher de la marche en plein soleil et de prendre notre dernier verre sur la plage… La chemise de Guillaume s’en rappellera.

16h15 nous arrivons à Sihanoukville. Nous déposons nos bagages sous les bancs de la compagnie et partons déjeuner/diner.

Rendez-vous 18h30 pour aller à la bus station. Le bus part à 19h30. C’est le deuxième bus de nuit de notre voyage.

RETROUVEZ TOUTES NOS PHOTOS ICI