DU 27 mars AU 22 avril 2017

CHINE

NOS PHOTOS DE CHINE SONT DISPONIBLES ICI

Le 28/03 – Reprise du rythme de tourdumondiste

Nous sommes arrivés le 27 mars en soirée à l’aéroport de Pékin. Comme nous devions arriver vers 20h et que nous ne voulions pas courir partout, nous avons réservé notre première nuit au plus proche de l’aéroport. Solution qui paraît plus simple, mais qui ne l’est pas. Tout d’abord, parce que l’hôtel est difficile à trouver et que nous sommes tombés sur l’un des plus mauvais taxis du monde ! Ensuite, parce que l’hôtel est miteux et que les réceptionnistes sont plus que nulles. Elles sont mêmes venues nous réveiller en pleine nuit, aux alentours de minuit, pour que nous payons la chambre ! La confiance règne en Chine… Ensuite, le lendemain matin, nous devons refaire un bout de trajet pour arriver à la ville… Pénible.

Nous prenons donc ce matin la navette de l’hôtel pour regagner l’aéroport et ensuite prendre le métro. Pas de problème pour Mathilde qui gère, avec son application, les transports comme personne. Nous arrivons à l’auberge de jeunesse vers midi. Le quartier est idéalement situé. Nous sommes dans un hutong, quartiers résidentiels typiques de Pékin, mais qui hélas tendent à disparaître pour faire place à de nouvelles infrastructures. 80% des hutongs ont été démolis.

Après notre installation, nous commençons les premières visites, au nord de Pékin.

  • Temple + Statue de Confucius + Musée. Beaucoup de chinois sont sur place et font la visite. Des chinois… Ils sont 50 par groupe avec un guide qui parle fort. L’endroit est cependant reposant. L’histoire de Confucius et les influences du confucianisme dans le monde. A relativiser. En lisant les textes dans le musée, ce serait grâce à Confucius que la Révolution française a eu lieu…

  • Temple du Lama.

  • Tour de la Cloche + Tour du Tambour. Nous ne sommes pas rentrés, mais les avons contemplées depuis la place centrale. L’endroit est agréable. Les chinois viennent s’y promener avec leurs enfants.

  • Pont du lingot d’argent + Lac Quianhai. Quartier plus vivant que le précèdent. De nombreux bars et karaokés sont installés le long du lac. De nombreux jeunes se promènent, discutent ou font du sport.

Sur le chemin du retour, nous craquons et dinons au fast food. C’était vraiment trop dur de résister… Ici aussi nous ferons la mauvaise expérience de l’accueil chinois, mais surtout de la mauvaise foi. Attention au rendu de monnaie. Guillaume a eu le malheur de constater une erreur et de la signifier. Les yeux levaient au ciel, l’employée nous explique avec virulence que le compte est bon. Guillaume insiste. L’employée se rend compte de son erreur, mais aucune excuse, ni même un sourire. Triste vie.

Nous retournons à la guesthouse en métro et préparons nos prochaines journées. Cette première demi-journée nous a présenté une ville plutôt agréable à vivre, même si le brouillard de pollution est omniprésent.

 

Le 29/03 – Pékin centre

Le rythme de tourdumondiste ne s’est pas perdu. Nous commençons la journée à 10h par un café dans la salle commune de la guesthouse. Nous en profitons pour réserver 2 nuits supplémentaires. Puis nous partons en visite à 10h30. Une vraie journée touristique est prévue puisque nous faisons les lieux les plus connus.

  • Place Tian’anmen + Monument aux héros du peuple. Nous rencontrons un couple de retraités américains. Ils viennent de marier leur fils à une chinoise, en Chine. Nous discutons quelques minutes en attendant de passer la sécurité. La place Tien’anmen, mais la Chine en général, est hyper sécurisée. La police et les militaires sont très présents. Les chemins à emprunter sont toujours balisés par des portiques de sécurité. La place elle même, la plus grande du monde : 44 hectares, est entièrement encerclée par les barrières ! Pour la Liberté d’actions nous repasserons.

  • Porte de la Paix Céleste. Porte qui sépare la place Tien’anmen et la Cité Interdite. Nous l’avons faite un peu par hasard, en pensant acheter les billets pour la Cité Interdite. Bonne surprise puisque nous avons eu une pure vue sur la place Tien’anmen.

  • Cité Interdite. Tout d’abord, c’est immense ! Ensuite, c’est une succession de bâtiments qui ont tous à peu près la même architecture. Seules les dimensions diffèrent. Nous avons fait la visite grâce au Lonely Planet. Et heureusement, sinon nous nous serions certainement perdus ! Nous ne citerons que quelques bâtiments importants.

    • Mur des 9 dragons

    • Palais de l’Harmonie suprême

    • Palais de l’Harmonie centrale

    • Palais de l’Harmonie préservée

    • Palais de la Pureté céleste

    • Opéra

    • Palais de l’Union

    • Palais de la Tranquillité terrestre

    • Jardin Impérial

    • Porte Shunzhen

  • Parc Jingshan. Nous avons ensuite apprécié la vue depuis ce parc. Il se trouve à la sortie de la Cité Interdite.

Une bonne journée de marche au milieu des dizaines de milliers de touristes chinois qui viennent jouir de l’Histoire de leur pays. Nous faisons aussi l’attraction de la journée puisque 2 chinois sur 3 se retournent pour nous regarder ou nous dévisager. Et quelques uns souhaitent même faire des photos avec nous. Le contact se fait naturellement. Nous nous prenons au jeu.

Nous rentrons exténués. Nous avons encore un peu de force pour diner, mais pas trop loin… Ce sera le restaurant chinois à 20 mètres de notre guesthouse. Nous l’avions déjà repéré la veille. Premier diner local : le barbecue chinois. Rien d’exceptionnel mais le concept est fun. Cela ressemble fortement au barbecue thaïlandais que nous avions partagé avec Jérôme, Raphaël et Iraïda.

 

Le 30/03 – Un palais, une grande balade et un stade

Nous nous levons sous un soleil radieux. Petit rituel du matin, le café de 10h dans la salle commune. Malgré le soleil, le brouillard de pollution est toujours présent. Tant pis, nous restons à l’extérieur et allons dans le nord ouest et nord de Pékin.

  • Palais d’été + Shi Fang (bateau de marbre). Le palais en lui même n’est pas dingue, par contre la balade dans les jardins de la Colline de la Longévité et autour du lac Kunming est vraiment top. Nous resterons près de 4 heures. Les points de vues sont jolis et surtout il y a très peu de touristes. Nous apprécions cette longue marche en plein air… pollué…

  • Stade Olympique 2008 + Centre commercial. Déformation professionnelle pour Mathilde, nous sommes obligés de passer par les infrastructures de 2008. C’est juste démesuré ! Le parvis du stade est gigantesque. Certainement 10 fois comme celui du Stade de France ! Etonnamment, il y a encore beaucoup de vie dans ce quartier. Le complexe a été construit non loin de l’hyper-centre de la ville. Le centre commercial en sous-sol par contre est moins vivant. Quelques locaux s’y promènent mais nous n’imaginons pas les cohues des grands mall de Bangkok ou Tokyo. Nous en profiterons tout de même pour déjeuner et acheter quelques sucreries.

Nous rentrons vers 19h à la guesthouse et réservons la visite de la Muraille de Chine. Nous voulions le faire par nous même, mais en lisant de nombreux avis et blogs, il est préférable de le faire en mode organisé. La Muraille se trouve tout de même à 70 kilomètres au nord de Pékin.

Après de nombreux aller-retour avec les nullards de la réception, la visite initialement prévue pour le lendemain et décalée au surlendemain. Les chinois ne sont pas encore bien au point en ce qui concerne la politesse, l’organisation et le gain de temps.

 

Le 31/03 – Pékin nord-est, est, sud et sud-est

C’est notre dernière journée de visite dans Pékin même (demain Muraille). Les différentes visites vont nous mener d’un bout à l’autre de la ville. Nous allons aussi nous rendre compte de la diversité des quartiers.

  • 798 Art district. Une friche industrielle construit dans les années 50 par les allemands de l’est, âge d’or du communisme, reconvertie en centre d’art contemporain. Nous ne pensions pas trouver ce genre d’endroit en Chine. Un quartier très entendu, comme à chaque fois, et très « bobos ». Nous adorons. C’est aussi ici que nous croiserons un maximum de touristes occidentaux, qui jusque là, restaient peu visibles. Nous flânons une grande partie de la matinée et du début d’après-midi.

  • Temple du ciel. Nous ne faisons que les jardins dans l’espoir de voir le temple de l’extérieur, car le prix de la visite est excessif. Malheureusement, le temple est caché par de hautes enceintes. Nous n’apercevons que le haut du temple, mais profitons d’une séance photo d’une mannequin chinoise dans les jardins.

  • Marché Panjianyuan. L’un des plus grands marchés de Pékin. Jusqu’à 50 000 visiteurs jour et 3 000 exposants. Le paradis des amulettes, colliers et autres antiquités en tout genre. Nous n’y avons pourtant rien acheté.

  • Gare de Pékin sud. Nous y allons pour retirer nos billets de trains pour Xi’an. Nous n’avons jamais vu autant de monde dans une gare ! Et pourtant, nous avons fait la gare la plus grande du monde au Japon ! Rien que sur le parvis c’est déjà difficile de se déplacer et d’atteindre l’entrée principale. Se frayer un passage pour arriver jusqu’au guichet est compliqué. Le bruit, la chaleur et l’ambiance sont un enfer. Pendant 45 minutes, nous allons vivre l’une des pires expériences.

  • Quartier des ambassades + Rue Sanlitun. Pour terminer la journée et oublier l’expérience précédente, quoi de mieux que de prendre un verre ? La rue animée est la rue Sanlitun. Elle se trouve dans le quartier des ambassades. Celles-ci sont les unes à coté des autres sur, au minimum, 2 kilomètres de long. Etonnant. C’est ici aussi que sont regroupées toutes les enseignes de luxes et les plus beaux gratte-ciels.

Nous dinons dans le quartier, au patio Nali et rentrons vers 22h à la guesthouse.

 

Le 01/04 – La Muraille de Chine et le cauchemar du logement chinois. Un poissons d’avril ?

Le départ pour Changcheng, littéralement la longue Muraille, se fait à 7h15 du matin, donc comme nous sommes normalement constitués nous sommes dans le hall d’accueil à 7h prêts à faire feu. Nous déposons nos sacs dans la pièce prévue à cet effet.

Sauf que nous allons attendre jusque 8h30… Normal, nous sommes en Chine. D’ailleurs, l’un des réceptionnistes nous avouera que la première chose qu’apprend un chinois, c’est à perdre du temps. Tout est dit.

Nous arrivons à 11h au tronçon Badaling. L’avantage de ce tronçon c’est qu’il est peu connu des touristes. En tout 3h30 de marche. Un moment privilégié que nous partagerons avec Juliette et Jérémy, un couple de français rencontré dans le bus, parisiens de surcroît, eux aussi en tour du monde pour un an. Ils ont respectivement 25 et 27 ans, et sont éducateurs spécialisés en Île-de-France et tiennent un blog avec et pour un orphelinat. Hyper cools ! Ce qui est drôle, lorsque nous avons énuméré la liste des pays de nos voyages, c’est que nous avions quasiment les mêmes et à quelques semaines d’intervalles… Ils sont partis en octobre 2016. Nous les retrouverons certainement en Nouvelle-Zélande. Et d’ici là Guillaume espère avoir la même longueur de barbe que Jérémy.

 

Ce qu’il faut retenir sur la Grande Muraille :

Fortification militaire, la Grande Muraille fut construite, en plusieurs fois et à plusieurs endroits, entre le IIIème siècle av. J.C. et le XVIIème siècle pour défendre la frontière nord de la Chine, notamment de l’invasion des mongols. La Muraille mesure plus de 6 000 km de murs encore visibles et jusqu’à 22 000 km si l’on prend en compte les parties détruites !

 

Nous rentrons de notre journée ravis vers 17h30. Super rencontres, super paysages et super moment sur un endroit unique au monde ! Nous récupérons nos backpacks et changeons de logement afin de nous rapprocher de la gare, puisque nous partons demain matin pour Xi’an. Bon c’est aussi un peu Guillaume qui ne voulait pas rester une nuit de plus dans la même guesthouse. Ils ne voulaient pas nous faire le prix internet pour une nuit de plus… Soit 3€…

Ok. Nous prenons le métro à 18h, heure de pointe. Une chaleur et un monde toujours aussi incroyable. Tout est puissance 1000 en Chine.

Nous sortons du métro rapidement. Maps.me nous indique qu’il reste 1 km à parcourir avant d’arriver à destination. Malheureusement, pas d’hôtel à l’adresse indiquée. Nous demandons notre chemin. Verdict ? L’adresse est erronée. C’est à 1 km plus haut.

Sur le chemin, Guillaume décide de prendre un raccourci… Evidemment, celui-ci n’en est pas un… Au bout de 800 mètres nous faisons demi-tour et reprenons le chemin indiqué par un gentil couple. Nous trouvons péniblement l’hôtel.

Après plus de 3 km de marche avec les sacs sur le dos, la réceptionniste, nous indique, en traduisant du chinois à l’anglais sur son téléphone, que nous ne pouvons pas dormir ici ! Nous lui montrons alors notre confirmation de réservation via Ctrip, nouvelle application en test par Mathilde. La charmante dame ne veut rien entendre et nous indique, toujours sur son téléphone, que les étrangers ne sont pas admis dans son hôtel… Nous pensons à un poisson d’avril, mais ce n’est pas le genre des chinois.

Nous sortons donc de l’hôtel sans logement. Nous décidons d’avancer jusqu’à la gare, sur le chemin nous trouverons bien un hébergement. Effectivement, nous faisons 4 hôtels jusqu’à la gare… 3 ne prennent pas les étrangers et un ne rentre pas dans le budget.

Nous traversons la gare afin d’explorer une autre rue. Nous avions repéré sur Maps.me un hôtel pas trop cher. Celui-ci n’existe pas ou plus. Ce bon Maps.me n’a, apparemment, pas les bonnes indications en Chine !

Nous nous faisons aborder par une chinoise d’un certain âge, qui, nous propose de nous emmener dans un hôtel juste en face de la gare. Une rabatteuse. Au départ, nous ne souhaitons pas la suivre, mais après plus de 8 km avec les sacs sur le dos, à 21h, nous ne réfléchissons plus. Nos jambes suivent instinctivement l’inconnue. De toute façon, l’hôtel est proche, il ne peut pas nous arriver grand chose. Le seul hic sera le prix.

Nous arrivons au comptoir de l’hôtel. La chambre est à 309 yuans. Chère pour une nuit. Guillaume négocie alors le prix de la chambre avec aplomb. Une négociation qui restera dans les anales. 9 yuans de rabais, soit 1,23€ d’économisé. Nous prenons la chambre et allons nous coucher. Le canard laqué que nous devions déguster avec Juliette et Jérémy ce ne sera pas pour ce soir.

Nous venons donc de découvrir que certains hôtels n’acceptaient pas les étrangers… Une pratique discriminatoire impensable en France et dans d’autres pays. La Chine nous réserve bien des surprises…

 

Le 02/04 – Découverte du TGV Chinois et arrivée à Xi’an

L’avantage de notre mésaventure, c’est que nous sommes juste en face de la gare. Mais quand même Mathilde souhaite prendre de l’avance. Notre train est à 9h43, nous sommes dans la gare à 8h30. Nous avons le temps de faire quelques provisions pour les 6 heures de train.

Le TGV chinois est propre et confortable. La ligne Pékin-Xi’an est récente. Exploitation depuis 2014. A la différence de chez nous le train est à quai une demi heure avant et de nombreux portiques de sécurité doivent être passés avant de monter.

Nous arrivons en gare de Xi’an à 15h31 précisément. Nous sommes inquiets pour notre logement. Allons-nous le trouver ? Accepte-il les étrangers ? Nous sommes psychologiquement prêts à tout entendre.

Nous prenons le métro et arrivons au point indiqué par Maps.me. Nous sommes interloqués, nous passons devant les grands magasins. Un boulevard aussi huppé pour une auberge de jeunesse ? Etonnant. L’étonnement se confirmera. Ce n’est pas la bonne adresse. Nous demandons de l’aide à la réceptionniste d’un hôtel qui nous indique le chemin à 1 km de là où nous sommes... Nous lui demandons aussi de contacter la guesthouse afin d’être sûre de l’adresse.

Tout est OK. Nous rejoignons le point de RDV. Le responsable de l’auberge nous accueille et nous indique qu’il n’a pas de réservation à notre nom… Et pourtant nous n’utilisons pas Ctrip mais Booking. Nous lui montrons alors la réservation confirmée par mail. Il nous indique que le numéro de téléphone est bien le sien, mais que ce n’est pas son établissement… Heureusement, il s’agit d’une guesthouse « amie » et pas très loin. Il nous accompagne. Nous sommes rassurés.

Nous arrivons enfin. Mathilde reconnaît d’ailleurs l’intérieur grâce aux photos. Nous ne sommes cependant pas au bout de nos surprises. Il est 17h15 et la gérante de l’hôtel nous informe, par l’intermédiaire d’une cliente chinoise qui parle anglais, Chao, qu’il y a eu un problème dans la réservation et que son établissement est malheureusement complet ! Elle nous propose de nous reloger chez un confrère. Nous sommes OK si le prix reste identique et que nous ne payons pas le taxi pour y aller.

C’est effectivement ce qu’il se passera. D’ailleurs Chao nous accompagnera jusqu’au nouveau logement. Cela l’occupe, elle n’a rien à faire. Merci Chao pour ton aide linguistique surtout !

Résultat, nous trouvons enfin un logement à 18h. Nous sommes dans un appartement hyper propre au 29ème étage d’un immeuble un peu excentré de l’hyper-centre, mais proche d’une bouche de métro. Et nous avons payé le même prix pour 3 nuits.

Deux jours de suite ça fait beaucoup, mais tant que nous trouvons à nous loger et que nous n’avons que ce genre de problème tout va bien.

Nous dinerons dans notre nouveau quartier dans la rue pour moins de 3€ pour 2 !

 

Le 03/04 – Première visite de Xi’an : le quartier musulman

Nous profitons de notre appartement pour faire une grasse matinée bien méritée après toutes ces péripéties.

Les visites du jour :

  • Bell tower. Une tour importante au milieu d’un rond-point au centre de la ville.

  • Quartier musulman au centre de la ville. Très amusant de voir des asiatiques musulmans. Les hommes se laissent volontiers pousser le peu de barbe qu’ils ont et portent une calotte blanche. Les femmes sont voilées. Le voile ne couvre que les cheveux et les épaules.

Le quartier est gorgé de saveurs et de couleurs. Un quartier très vivant à ne pas louper.  C’est aussi l’endroit où acheter ses souvenirs. Très bon marché. Nous goûterons plusieurs spécialités notamment le fameux hamburger asiatique, de la viande de bœuf ou de mouton très relevée dans un pain plat. Une sorte de pita.

  • Grande mosquée de Xi’an. Aussi étonnant que le quartier lui-même. Un mélange de bouddhisme, confucianisme et d’islam dans un carré de bâtiment. Les fidèles sont très accueillants. Ils déjeunent et nous proposent de gouter leurs plats.

Une première journée pleine d’étonnement donc dans cette ville de province de 8,5 millions d’habitants…

Pour une ville pourtant réputée pour son histoire et donc pour son tourisme, nous ne croisons que très peu d’occidentaux en dehors du quartier musulman. Les locaux nous regardent d’ailleurs avec insistance et dès qu’ils viennent nous parler nous demande si nous parlons chinois ? Malheureusement nous répondons par la négative. A cette réponse ils sont toujours très étonnés… Comme ci cela était logique et inconcevable de ne pas parler chinois ! Cela montre bien leur état d’esprit. D’ailleurs, pour nous, l’expression « je parle chinois ? », utilisée quelques fois lorsque notre interlocuteur ne comprend pas, prend tout son sens ici. Très peu parle anglais, mais essaye tout de même de discuter. Les plus jeunes et très jeunes sont par contre plus à l’aise. A plusieurs reprises des enfants de 9-10 ans sont venus à notre rencontre afin de pratiquer leur anglais. Très amusant, ils ont chacun leur prénom anglophone : Peter, Laura, Cindy, Andy.

ATTENTION la phrase qui suit peut heurter la sensibilité de certaine personne.

« Toi tu t’appelles /Cindy/ avec tes yeux bridés et ta face de citron ? » cette célèbre phrase des « Inconnus », nous nous la sommes posée à plusieurs reprises. Pardon…

Nous commençons à nous adapter doucement au rythme chinois, même si les différences de cultures et d’éducation sont grandes entre nous. A chaque coin de rue nous entendons des rots, des raclements de gorges, des crachats et autres bruits, qui pour nous, semblent incorrects. Si nous devions décrire la Chine en une phrase se serait : Un pays où se mêle féodalité et modernité du XXIème siècle.

 

Le 04/04 – L’Armée des soldats de terre cuite

Nous faisons aujourd’hui ce qui amène les touristes à Xi’an : l’Armée des soldats de terre cuite. Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987.

Pour y aller c’est assez simple mais il faut prévoir deux heures aller-retour en partant de la gare principale de Xi’an. Nous sommes restés 3 bonnes heures sur place.

 

Tout d’abord, un peu d’histoire. La découverte date de 1974. Près de 8 000 statues de soldats, de tous les grades, ainsi que de chevaux ont été retrouvées ou sont encore ensevelies sous la terre. Cette armée était destinée à « garder » le tombeau de l’empereur Qin Shi Huangdi – IIIème siècle avant J.-C. Le plus incroyable est que chaque statue de terre, soldat, officier ou général possède un visage différent. S’agissait-il des hommes de l‘armée de 210 avant J.-C. ?

 

La visite se compose de 3 bâtiments. Les recherches ne sont pas encore terminées. Les archéologues s’activent toujours dans l’ensemble des bâtiments visités.

  • Bâtiment 1. Le plus important d’entre eux. 6000 guerriers. La plupart des soldats ont été reconstitués et ont été placés en régiment.

  • Bâtiment 2. 1400 sujets, principalement des cavaliers aux cotés de leurs chevaux.

  • Bâtiment 3. 68 soldats. Le poste de commandement avec les officiers de haut rang.

  • Musée. Celui-ci retrace l’histoire et présente les plus belles découvertes.

 

Pendant cette visite, nous étions presque plus observés, examinés que les soldats… Encore quelques selfies avec les locaux.

Nous sommes rentrés vers 17h30 à l’appartement. Nous avons diner vers 20h à la cantine, dans la rue, après avoir cherché notre logement pour Zhangjiajie et le parc national.

 

Le 05/04 – A l’assaut des remparts de la ville

C’est notre dernier jour à Xi’an. Nous devons rendre l’appartement à midi. Sachant que nous avons la journée plus la soirée complète pour les dernières visites - notre train n’est qu’à 1h du matin - nous prenons notre temps. Nous rendons les clés à midi pile. Nous laissons nos sacs dans la chambre/bureau des gérants. Les visites du jour :

  • Petite Pagode de l’oie sauvage. Pagode à plusieurs étages dans un parc agréable. Nous profiterons de la visite d’un groupe de français pour obtenir certaines explications.

Entre deux Guillaume insistera pour acheter, à prix d’or, une sculpture en bois de Confucius réalisé par un artiste présent dans le parc…

  • Musée de l’oie sauvage. Ce musée retrace l’histoire de la ville et présente les objets, bijoux découverts par les recherches archéologiques. Le musée est ultra moderne et gratuit.

  • Rue des artistes peintres (impossible de retrouver le nom), proche de la porte sud des fortifications de la ville. Ce quartier est typique et calme. Les œuvres semblent de qualité. Guillaume n’achètera cependant rien. Mathilde veille.

Rien à voir avec les peintures et autres sculptures, mais il y a quand même un vendeur ambulant qui propose un drone « Minion » ! Trop bien. (#margaux)

  • Il n’est que 15h30. Nous décidons alors de faire le tour des fortifications de la ville à pied… 14 kilomètres ! La balade peut également se faire en vélo. Malheureusement la ville est très polluée. L’épais brouillard, ainsi que les nombreuses tours grisâtes gâchent le paysage. Néanmoins, nous découvrons la ville sous un autre angle, à environ 6 mètres de haut.

Nous retournons à notre ancien logement afin de récupérer nos bagages. Très gentiment, nous nous faisons offrir une tasse… d’eau chaude ?! Effectivement, les chinois ne boivent pas d’eau froide. Nous en profiterons pour aller au toilettes et découvrir les « cadeaux » laissés sur la faïence par l’équipe… Sont fous c’est Chinois.

Nous nous dirigeons vers la gare. Nous prenons le métro, nous passons le portique de sécurité, comme depuis de nombreuses fois avec nos sacs, mais cette fois-ci, le surveillant nous demande d’ouvrir un de nos sacs car il contient un aérosol. Il s’agit du puissant aérosol contre les puces de lit. Il contrôle et nous montre qu’il est inflammable et que c’est interdit de transporter ce genre de produit dans le métro. Nous avons envie de lui dire mais comme tous les aérosols… Nous négocions avec lui, puis avec sa chef. Cela se terminera par un « OK, passez mais ne le dites à personne… ». Les communistes ne sont pas si procéduriers en fait.

 

Nous arrivons à la gare vers 20h. 5 longues heures nous attendent avant de prendre notre train à 1h du matin. Certainement, les plus longues heures de nos vies. La gare est un énorme « no man’s land ». Bruyant, sale, inconfortable. Un carnage. Tout le monde dort, fume et crache n’importe où et à l’intérieur de la gare. Les toilettes sont souillées par des dizaines de milliers de voyageurs. Pour chaque file d’attente qui se forme, nous avons l’impression de vivre une guerre civile. Et comme si cela ne suffisait pas, les femmes de ménages passent en jetant de l’eau dans les allées sans faire attention ni aux voyageurs, ni aux bagages. Elles repassent ensuite avec un balai et de la terre pour dégager l’eau. Peu importe s’il y a du monde… Non franchement la gare du nord c’est un centre aéré à côté.

Pour évacuer tout ce stress accumulé, il n’y a qu’un remède… le fast food ! Le Mac do est encore en travaux, ce sera donc un Subway !

Nous sommes tout de même d’humeur joviale, pour preuve Mathilde sortira cette magnifique phrase en regardant autour d’elle… « nous, nous ne sommes pas en vacances au bord de la mer mais au bord de la merde ». Nous éclatons de rire.

Nous vous laissons, notre train est en approche… Nous devons nous préparer pour notre guerre civile.

 

Le 06/04 – La journée dans le train et arrivée à Zhangjiajie

Bonne nouvelle, nous avons gagné la guerre. Nous sommes rentrés dans le train sans problème.

Nous ne sommes pas l’un à côté de l’autre et nous n’avons même pas les mêmes wagons… Nous le savions depuis quelques jours, mais espérions pouvoir modifier les billets, en vain. La plateforme Ctrip, dont vous avez déjà entendu parler les jours précédents, ne le propose pas. Et évidemment, vous ne le découvrez que lorsque vous retirez les places en gare… Vraiment une belle invention ce site ! A bannir.

Bref, c’est donc la première séparation des « poules tio » depuis plus de 4 mois ! Guillaume est en wagon 11 place 20 haut et Mathilde est en wagon 15 place 10 bas.

Nous sommes de toute façon exténués, entre la journée de marche et l’attente en gare. Nous voulons juste dormir. Nous nous assurerons tout de même que chacun ait trouvé sa place.

Nous nous retrouvons à 8h puis vers midi dans le wagon 15. Mathilde est en bas, plus facile pour discuter.

Nous goutons le petit-déjeuner chinois et nous nous faisons offrir, par nos voisins respectifs, quelques produits locaux. Nous sommes ravis de partager ces moments avec eux ! Les locaux se lâchent et essayent de rentrer en communication avec nous… Mais la barrière de la langue ne nous permet pas d’échanger davantage. Dommage.

Nous ferons la suite du voyage en wagon 15 assis sur la couchette du bas.

Nous approchons de notre heure d’arrivée. Guillaume a, comment dire, très mal au ventre et souhaite arriver au plus vite. Mais le train a une demi heure de retard. Il est 19h30 quand nous arrivons à Zhangjiajie. Et nous devons d’abord prendre nos billets pour Shanghai, puis prendre le bus 10 pendant 4 kilomètres pour enfin arriver à la guesthouse. Evidemment, un type bloque le guichet de la gare pendant 10 longues minutes et nous apprendrons qu’il n’y a plus de bus 10 après 20h.

OK, nous prenons un taxi. 20h40 nous sommes à la Guesthouse. Nous prenons possession de notre logement et Guillaume des toilettes.

Nous faisons quelques courses au supermarché voisin et dinons des nouilles instantanées dans la chambre.

 

Le 07/04 – Jour 1 au parc national de Zhangjiajie

Nous partons pour le parc national à 11h. Nous avons pris l’option livraison des sacs… Une demi-journée de marche intensive est prévue. Preuve que nos sacs sont lourds et costauds, en passant le long d’un mur en bois, le chauffeur/livreur (des sacs) le démonte complètement. Il ne reste rien de l’habillage du pilier… Fou rire. C’est aussi ce chauffeur qui nous dépose à la gare routière.

Une heure de bus et nous voilà à l’entrée principale du parc. Il est 13h15 quand nous commençons l’ascension d’un des chemins du parc. Après avoir demandé à un guide, nous pensions être sur la bonne voie pour rejoindre notre guesthouse, mais pas du tout. Le chemin indiqué par le type du parc était bien à gauche, mais l’autre gauche… Nous nous retrouvons dans le village Huangshizai. Une boucle de 2h30. Bon cela dit, nous n’aurions pas fait cette partie sans cette erreur, donc sans regret. Et nous sommes dans la forêt au milieu des singes. Il y a pire comme endroit.

A 15h45, nous entamons enfin le sentier du « ruisseau du fouet doré ». 5,7 kilomètres de plat longeant le canyon jusqu’à l’ascenseur de Bailong. Cet ascenseur gravit 335 mètres de falaise en 2 minutes top chrono, jusqu’à la partie Tianzi Shan du parc. Un parcours avec très peu de touristes et des paysages magnifiques, le tout accompagné du bruit du court d’eau. Les pics karstiques sont impressionnants. Il ne nous reste plus qu’à prendre un bus dans les hauteurs du parc et nous arrivons à la guesthouse.

L’une des plus dégueulasse que l’on ait pu faire. Nous donnons le nom pour que personne n’y retourne : Yuanjiajie Zhongtian International Youth Hostel. Même si le type sur place est charmant et parle très bien anglais, il est partisan du moindre effort. Il est posé scandaleusement sous sa couverture avec son poêle au charbon et ne bouge pas de la journée, pendant que ses clients dans la salle commune, à 5 mètres de lui, se pèlent le jonc !

Nous découvrons notre chambre et son nouveau concept vers 18h30. Quel est ce nouveau concept révolutionnaire ? Le « Douchiotte » ! Un savant mélange entre une douche et un chiotte à la turc. Quand nous prenons notre douche, l’eau s’évacue donc dans le trou des toilettes ! Vous allez nous dire « OK mais combien vous l’avez payé votre piaule ? » 17,80€ ! Chère, trop chère pour avoir des fenêtres qui ne ferment pas, un douchiotte, des draps moites et pas de chauffage ni dans la chambre, ni dans la salle commune ! Nous en avons vu d’autres, et sommes bons joueurs.

Nous dinons dans la salle commune avec un couple d’allemands et des français. Encore des voyageurs « au long court », comme disent les suisses.

 

Le 08/04 – Jour 2 au parc national de Zhangjiajie

Debout 9h30. Nous pensons que Guillaume, l’homme extra lucky de Birmanie, commence à perdre son modjo… Ce matin c’est pluie et brume pour couronner le tout ! Sympa quand nous venons apprécier les paysages… Nous ferons tout de même le tour prévu. La température est agréable. Enumération non exhaustive des points de vue :

  • Wuhou peak observation

  • The Ape man looking at the moon

  • Seeing Mountain throught the door

  • Natural bridge. C’est le seul point de vue que nous ayons pu apprécier. Une impression de reflet dans la brume. Une masse sombre au milieu de l’étendue de brume grise.

  • Ten Li painting Scroll

  • Avatar viewpoint.

  • Karst landscape

  • Stone peak forest

  • Enchanting terrace

  • Une semi-grotte. Le deuxième point que nous avons pu apprécier car en contre-bas et donc sans brume.

Nous rentrons tôt, vers 15h, car il n’y a pas grand intérêt à faire le tour des points de vue. Impossible de voir à plus de 10 mètres. Les pics karstiques sont imperceptibles aujourd’hui. Les chinois, eux par contre, sont bien présents. Il y a certainement moins de monde que lors d’une journée ensoleillée mais il ne faut pas être agoraphobe. Nous faisons pleinement partis de leur sortie touristique.

Nous en profitons alors pour finaliser notre arriver à Shanghai avec Arnaud et Nicolas (#tema2009enforce) et préparer notre séjour en Nouvelle-Zélande, notamment le choix de notre Van, car oui c’est décidé nous prenons un van. Ari et PA, ainsi que Juliette et Jérémy (pour ceux qui débarquent, nous avons rencontrés Juliette et Jérémy sur la Muraille de Chine et les retrouverons certainement en NZ) nous ont convaincu. Même si nous y serons en hiver (juin-juillet), cela reste le moyen le plus cool pour découvrir ce pays.

Nous dinons dans l’espace commun puis regagnons notre chambre. Mathilde lit et Guillaume rattrape son retard sur l’écriture de la semaine passée.

 

Le 09/04 – Jour 3 au parc national de Zhangjiajie et retour à la ville

Nous avons demandé hier soir à l’aubergiste de nous retirer une nuit car la météo ne s’améliorera pas aujourd’hui. Nous retournons en ville dans l’après-midi. Aucun problème puisque les guesthouses en ville et celle du parc appartiennent au même propriétaire. Nous répétons l’opération transfert des sacs pour ne pas s’encombrer pour nos derniers instants dans le parc.

Comme demandé, nous déposons nos backpacks avant 8h à l’accueil. Et comme nous l’avions prédit personne n’est présent pour les réceptionner. Nous les laissons dans un coin, regardons le temps à l’extérieur, moins de brume, mais il pleut à torrent. Nous retournons nous coucher.

Nous démarrons donc la journée à 10h30. La pluie a cessé. Nous refaisons les points de vue juste derrière notre logement. Et nous avons bien fait ! La brume est encore présente, mais elle laisse place à l’observation. Majestueux ! Les pics karstiques se dressent enfin devant nous comme pour nous saluer et ne pas nous laisser sur notre faim. Parfait ! L’homme extra lucky aurait-il récupéré son modjo ?

Dans cet élan d’enchantement, nous décidons d’avancer en bus jusqu’à d’autres points de vue de l’autre côté du parc. Malheureusement, la chance ne nous a pas gâtée longtemps… Des trombes d’eau se remettent à tomber et perdurent. Il est temps pour nous de redescendre, en bus, jusqu’à la sortie du parc.

Nous sommes à la ville vers 15h, récupérons notre chambre et déjeunons dans la foulée. Il pleut toujours et la ville n’est pas très attrayante. Nous geekons et faisons les courses pour notre voyage de 21h de train prévu demain.

 

Bilan du parc de Zhangjiajie. Très franchement c’est à faire. Nous n’avons pas eu le temps avec nous, mais les paysages que nous avons vus sont splendides et sont certainement uniques sur Terre !

Nous avons constaté que les chinois ont cette capacité incroyable d’intégrer des business partout. Même au milieu d’un parc national vous trouverez un KFC et un Mac Do ! Et de nombreux bâtiments, qui ressemblent fort à des Resorts, sont en construction… Dommage.

Nous avons constaté enfin que les chinois sont de gros, de très gros fumeurs. Ils clopent sur les points de vue, dans les commerces, à l’intérieur, à l’extérieur, etc. En fait, comme le business, la cigarette est présente partout.

 

Le 10/04 – Retour à la ville et préparation psychologique

Rien de fifou aujourd’hui. Nous profitons un maximum de la chaleur de notre chambre et de l’espace commun de la guesthouse. Nous mettons à jour notre blog, les photos de bières et selfies sur FB. Nous échangeons aussi avec les loueurs de van afin de grappiller quelques précieux euros tout en ayant le maximum de confort, chauffage, toilettes et douches obligatoires dans notre véhicule en hiver.

Nous ne déjeunons pas ce midi… Nous voulons pleinement profiter de notre Mac Do de 16h30 avant de prendre notre train à 18h30. Nous attendons 1h environ dans la gare. L’attente est beaucoup moins désagréable qu’à Xi’an.

Le train à quai, nous trouvons rapidement notre place. Les autochtones sont souriants et bienveillants. Nous avons d’ailleurs le plaisir d’échanger avec la contrôleuse. Nous ne savons pas trop pourquoi, mais elle nous a tout de suite parlé de « danse du ventre » (belly danse) ? A-t-elle cru que nous étions d’Afrique du Nord ? Certainement la barbe de Guillaume ? Nous avons même eu le droit à une démonstration et à un court de yoga. Très très drôle. Il fallait nous voir reproduire les mouvements de cette charmante demoiselle, le tout en négociant les écarts imprévisibles du train…

Après ce quart d’heure sportif, encore un peu de gymnastique, puisque nous retrouvons nos couchettes au troisième étage. Pas aisé de grimper. Surtout que nous ne pouvons pas nous asseoir. L’espace entre la couche et le plafond est trop étroit. Nous avons néanmoins réussi à avoir nos places dans le même wagon. A côté des toilettes et du coin fumeur… Certes, mais l’un à côté de l’autre !

Nous lisons et essayons de nous endormir au doux son des ronflements de notre voisin de dessous. Cela promet une bonne nuit…

 

Le 11/04 – Notre arrivée à Shanghai après 21h de train : Zhangjiajie – Shanghai

Nos craintes se sont avérées. Une nuit un peu compliquée entre les bruits de crachats, à la limite de la gerbe, l’odeur de cigarette, les ronflements et les pleurs d’un bébé. Il fallait voir la tête de Mathilde ce matin au réveil… Bon Guillaume n’est pas plus en forme.

Nous prenons notre petit-déjeuner et notre petit rythme au troisième étage. Nous passons notre temps à lire et à jouer à candy crush. Niveau 1018 pour Guillaume.

Nous descendons tout de même pour le déjeuner et fumer quelques cigarettes. Vengeance ! Car les chinois ont aussi cette capacité de dormir, sans exagérer, 75% du temps. Les 25% restant sont partagés entre les repas 15% et les bruits bizarres au toilettes 10%. Malheureusement, ils n’ont pas tous le même rythme, ce qui implique sur un wagon de 22 fois 3 couchettes, un balai incessant de 66 personnes, enfin 64, moins nous deux. Sans compter les copains des wagons aux extrémités. Bref, un sacré bordel qui nous permettra d’apprécier, à sa juste valeur, le petit cadeau laissé aux toilettes, par l’un de nos collègues de wagon. Pas de dessin.

Nous arrivons à Shanghai vers 15h. Nous prenons très rapidement le métro et arrivons sans encombre à la guesthouse vers 16h. Tout de suite nous remarquons que la ville est dynamique, jeune et internationale.

Nous prenons nos marques et cherchons de suite la laverie. Mathilde a lavé quelques sous-vêtements, mais les caleçons de Guillaume n’ont pas vu la lessive depuis des semaines… Il y a même un sèche-linge ! Nickel (#pa) !

En attendant, nous préparons nos visites pour demain et validons notre van pour la NZ.

 

Le 12/04 – Jour 1 à Shanghai

Comme aime à le répéter Mathilde, « rien n’est simple en Chine ! » Mais nous devons dire qu’à Shanghai cela semble plus facile. D’ailleurs nous n’avons pas l’impression d’être en Chine. Shanghai c‘est 23 millions d’habitants, dont 9 millions d’expatriés… Forcément, les infrastructures, les mentalités, la culture, ne sont pas les mêmes. C’est la ville internationale par excellence. Nous nous y sentons bien. Mathilde revit complètement. Elle est dans son élément. Il faut dire que toutes les conditions sont réunies. Un ciel bleu limpide, un soleil radieux, des buildings impressionnants, des bâtiments occidentaux du XIXème magnifiques (résultat des anciennes concessions française, anglaise et américaine). En temps « normal », il paraît que Shanghai reste couvert sous un épais brouillard de pollution…

Les visites du jour :

  • Jade Bouddha Temple. Le temple est dans un quartier qui semble populaire. Il est très bien entretenu. La statue de bouddha en jade est jolie. Dommage que nous ne puissions pas nous approcher davantage.

  • M50. Le quartier des arts contemporains. Dans le même esprit que le quartier 798 Art district de Pékin. Une bouffée d’air qui laisse libre court à l’expression. Cool.

  • People’s park. Un parc et une place agrémenté d’une fontaine au centre de la ville. La population y vient se relaxer en famille.

  • Quartier Xiantiandi. Un village regroupant des jazz bars et beaucoup d’enseignes internationales. Notamment une pure boulangerie au bout du village en face du parc Taipingqiao.

  • Fashion Week au parc Taipingqiao. Une surprise pour nous, puisque nous ne savions pas que la Fashion week avait lieu à Shanghai, en tout cas pour Guillaume, et surtout pas à cette date. Comme à Paris, un florilège de styles décalés et de filles en mode « prend la pose ». Nous avons certainement croisé un groupe de « boys band » puisque toutes les filles se sont excitées à leur arrivée.

  • Ancienne Concession française. C’est à partir de 1844 que le marché chinois s’ouvre au commerce international, jusqu’alors réduit au seul port de Canton. La concession française de Shanghai est un territoire chinois qui fut sous administration française de 1849 à 1946. Le territoire regroupe les quartiers actuels de Xuhui et Luwan. Les rues étroites de Tianzifang sont très sympas. Elles regroupent une multitude de bars et boutiques branchés.

  • Rue des bars Yongkang Road. Auparavant cette rue regroupée un nombre de bars incalculable. L’un des plus connus par les français est le « café des stagiaires » (#pa). Mais depuis 6 mois le maire de Shanghai, à cause de nombreuses plaintes du voisinage, à décider de ne pas renouveler les baux des bars de la rue. Le Café des stagiaires en fait parti. Nous n’avons donc pas pu découvrir le lieu de débauche préféré de PA… Heureusement, le Café des stagiaires a grandi, il y en a 3 dans Shanghai.

Pour l’heure nous choisissons un bar encore présent dans la rue pour boire quelques verres et grignoter. Nous discutons avec 3 brésiliens un peu éméchés, mais très sympas, en Chine pour le business.

Nous rentrons à la guesthouse vers 22h.

 

Le 13/04 – Jour 2 à Shanghai

Nous partageons aussi avec vous notre constat à Shanghai. Nous vous l’avons dit c’est hyper international. Et pour preuve, vous trouverez dans chaque rue ou presque : un Mac Do (ou fast food type Burger King) + un Starbucks + une femme en voiture de luxe à la couleur non conventionnelle (très souvent rose).

A savoir, il n’y a pas de voiture verte en Chine… Le vert est la couleur du cocu…

Nous arrivons dans le vif du sujet. Nous faisons aujourd’hui Le spot de Shanghai : le Bund. Au programme de la journée :

  • Yuyuan old street + Hu Xin Ting (Tea house). Un ancien quartier, mais entièrement refait à la chinoise, c’est à dire des boutiques dans tous les sens. Ça perd vraiment de son charme. Et surtout un monde ! Nous rencontrons des américains de Californie typés asiatiques. Ils pensaient que nous étions suédois… Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’on nous le dit. Bon très franchement, nous pensions qu’ils étaient chinois… 1 partout !

Dans ce quartier, il semblerait qu’il y ait à faire le jardin, au bout du pont de Hu Xin Ting. Nous ne l’avons pas fait car vraiment trop onéreux pour nous.

  • Promenade du Bund + Visite des bâtiments du Bund + Vue sur les tours. C’est Le panorama le plus connu de Shanghai. Et nous sommes d’accord pour dire que la promenade est chouette. Un mélange entre tours modernes, de l’autre côté de la rive, et bâtiments européens du XIX-XXème. Nous avons ainsi admiré :

    • Tour de Shanghai

    • Perle de l’Orient

    • Centre des finances internationales, dite la tour « décapsuleur »

    • Fairmount Peace Hotel. Un joyau ! Décor fabuleux. Un hôtel prestigieux

    • Chartered Bank et le fameux Bar Rouge. Des boutiques de luxe, mais rien d’intéressant sauf pour y faire une pause goûter.

    • Ancient Palace Hotel. Le roof top est cool, mais l’intérieur ne vaut vraiment pas le Fairmount

    • Maison des douanes. Seul l’extérieur, avec l’horloge est notable

    • Hong-Kong and Shanghai Bank. Le plafond de l’entrée est juste incroyable. Une fresque qui reprend les 12 signes astrologiques et les principaux monuments des principales villes du XIXème.

  • Nanjing Road. Nous avons ensuite continué dans le prolongement du Fairmount, à la perpendiculaire du bund. Au bout de celle-ci la fameuse Nanjing Road. La rue des plus grandes boutiques de luxes et internationales. Nous, nous avons craqué pour la boutique M&M’s…

Nous terminons cette belle journée de visite par le fameux Café des stagiaires à Wuding Road. Repaire de nombreux français. L’endroit est effectivement très sympa. Le bar en lui même est un assemblage de vieilles males et valises en cuire du début XXème. La musique est sympa et le staff est accueillant. Merci PA pour l’adresse, même s’il est également indiqué dans tous les guides de voyage.

 

Le 14/04 – Jour 3 à Shanghai et découverte de l’agglomération : Chez Nicolas et Judy

Nous devons retrouver Arnaud ce midi vers 12h45 dans un de ses restaurants favoris. Avant cela nous devons trouver notre drapeau Chinois et le sac de marque suédoise que Mathilde souhaite acquérir depuis de nombreuses semaines. Nous en voyons partout mais impossible de trouver une boutique qui en propose à bon prix… Sous-entendu de la contrefaçon… Mais cela devrait se débloquer aujourd’hui, puisque, hier, nous avons croisé deux françaises dans notre guesthouse qui nous ont donné l’adresse d’un marché gigantesque.

  • Marché AP Xinyang Fashion and Gifts market dans le quartier Pudong, sous le musée de sciences de Shanghai. Effectivement, nous avons trouvé notre bonheur, même plus, puisque nous sommes repartis avec notre drapeau chinois et notre sac « Fjallraven Kanken », mais aussi avec un T-shirt « comme des garçons » et une pochette « Goyard ». Le marché est bien connu des touristes occidentaux. De la contrefaçon de toutes les grandes marques internationales dans toutes les boutiques. Impossible de toutes les faire.

Nous retrouvons ensuite, avec un petit quart d’heure de retard, Arnaud au « Lost Heaven ». Un restaurant chinois de qualité. Merci Arnaud pour l’invitation !

Arnaud, nous propose ensuite de faire un massage dans un salon qu’il a l’habitude de fréquenter. Il y allait jusqu’à 2 fois par semaine lorsqu’il résidait à Shanghai ! Oui, le massage d’une heure est de qualité. Ce n’est cependant pas un massage pour fillette. Les masseurs/masseuses insistent bien sur les points de contractions. Déblocage garantie.

Nous repassons ensuite à la guesthouse afin de récupérer nos backpacks et partons en taxi chez Nicolas. Nous arrivons vers 17h. Judy, la femme de Nicolas nous accueille. Nicolas n’est pas encore rentré.

Arnaud nous fait croire que Judy ne mange que des trucs chinois bizarre et donc qu’il faut nous attendre à un diner particulier… Soit, nous nous adapterons. Guillaume avait oublié l’humour décalé de Nicolas alias « Bando » et Arnaud alias « Prostate ». Ils ont préparé pour l’apéritif des cous de canard et des pattes de coq. Pensant que cela dégouterait Guillaume… Pas le moins du monde. Guillaume trouve délicieux les cous de canard. Les pattes de coq sont trop gélatineuses à son goût. Mathilde par contre ne tentera pas ces mets « exotiques ». Quant aux goûts et plats particuliers de Judy, il n’en est rien… Ce soir c’est raclette !

Les bières et les anecdotes s’enchainent. La soirée se terminera à 2h30 du matin après de nombreux fou rires ! Malgré tout, le « Maître » nous a manqué. (#alexandred)

 

Qui sont Arnaud et Nicolas ?

Arnaud et Nicolas sont des amis de Reims – Promotion TEMA 2009. Arnaud et Nicolas ont débuté une aventure entrepreneuriale en Chine dès la sortie d’école. Une bonne expérience. Même si Nicolas est retourné brièvement en France pendant quelques mois, Arnaud et Nicolas sont en Chine depuis 8 ans et parlent parfaitement le mandarin. Arnaud est marié à Mali. Ils vivent maintenant sur l’île de Hainan (sud de la Chine). Tandis que Nicolas est avec Judy depuis 5 ans et vivent dans l’agglomération de Shanghai. Nicolas travaille en tant que responsable de l’ERP et géotrouvetout dans une société française (implantée à Angers et en Chine) spécialisée dans les objets connectés. Arnaud a créé sa société et fait de l’import-export de pièces de fonderie (industrie et agricole) et développe une grande expertise dans le domaine de la qualité.

 

Le 15/04 – Shanghai et agglomération : Découverte de Wuzhen

Après une soirée nostalgique retraçant nos vies rémoises et après avoir descendu de nombreuses bières, le réveil ce matin est un peu difficile.

Nicolas et Judy vont récupérer la voiture de location vers 11h du matin. Nous partons vers 11h30 pour Wuzhen, qui est à environ 1h de route, après que des amis de Nicolas et Judy soient venus chercher des meubles entreposés dans leur garage.

Nous arrivons sur place vers 12h30-13h. Nous sommes samedi aujourd’hui, les touristes chinois sont de sortis… Les parkings sont pleins et les chinois n’ont pas réussi à garder l’authenticité de la ville. Tous les bâtiments ont été transformés en commerce et semblent neufs.

Nous avons cependant passé un agréable moment avec Arnaud, Nicolas et Judy. Le décor de Wuzhen change totalement de tout ce que nous avions pu voir en Chine jusque là. La balade en bateau sur le canal principal nous a permis de découvrir les vieux édifices en évitant les touristes. Une ambiance vénitienne en Chine.

Nous avons également découvert quelques édifices historiques, notamment le musée des « pieds bandés ». Très instructif. Une pratique curieuse que 80% des femmes chinoises affichaient jusqu’au début du XXème siècle. Les pieds étaient brisés et enfermés dans des bandelettes et chaussures en tissu. Ils prenaient ainsi une forme triangulaire et ne mesuraient que quelques centimètres. Des sévisses qui n’étaient pas infligés par les hommes, mais voulus par les femmes, car avoir des petits pieds étaient un gage de beauté.

Nous repartons vers 17h30 de Wuzhen et le temps de faire la route nous nous rendons dans la chaine de restaurant de fondue chinoise : HaiDiLao Hot Pot. En Chine, comme partout en Asie, le diner est en début de soirée vers 18h30 – 19h. Il y en a vraiment partout en Chine, nous sommes dans l’agglomération de Shanghai à environ 20 minutes de chez Nicolas et Judy en voiture.

Le restaurant est gigantesque. Le service est hyper rapide. Les commandes se font directement sur une tablette tactile et de nombreuses animations sont proposées aux clients. Spectacle de danse avec mascotte pour les enfants et jonglage avec de la pâte de riz pour les plus grands.

Nous avions déjà gouté la fondue chinoise, mais nous nous rendons compte que nous n’avions pas bien compris le concept la première fois. Il faut aussi manger des légumes ! Devant nous, deux bouillons, un très épicé, un à la tomate non relevé. Guillaume a voulu, encore, jouer au héro… Toute la soirée au bouillon épicé. Il n’en pouvait plus et le pire est à venir… Car nous le savons maintenant, ce genre de plat pique deux fois !

Nous rentrons chez Nicolas sur les coups de 22h. Nous sommes tous épuisés par la soirée de la veille et par la journée de marche. Nous nous couchons donc après une brève discussion dans le salon.

 

Le 16/04 – Shanghai et agglomération : Dernier jour chez nos hôtes

Effectivement la nuit de Guillaume a été coupée aux alentours de 4h du matin. Et effectivement, ça pique deux fois, voir trois fois en fonction du…

La maison reprend vie vers 10h. Arnaud est, comme à ses habitudes, debout depuis 8h et tourne en rond dans le salon. Il part à 11h15 pour l’aéroport et pour un long trajet dans le Nord de la Chine. Arrivée prévue 19h.

Nous passerons, quant à nous, une journée à glandouiller. Un vrai dimanche ! Nous irons rendre la voiture vers midi.

Judy nous fera des lasagnes exceptionnelles pour le déjeuner.

Nicolas présentera à Guillaume l’ensemble de ses talents de bricoleurs et de son œuvre. Entre autres ses imprimantes 3D, son scooter électrique de compétition (il envoi sévère le coquin), son établi, et autres matériels modifiés par ses soins.

Nous regarderons des vidéos de François l’embrouille, canal bus, etc. sur YouTube.

Nous ferons quelques parties de tennis de table.

Après tout cela, nous irons nous promener dans les petites rues de l’ancienne concession française dans le quartier Tianzifang, en fin d’après-midi. Nous irons boire un verre, puis irons diner dans un restaurant de BBQ coréen. Une première pour nous et franchement c’est bon. Les sauces sont une tuerie et font complètement partie du plat.

Nous rentrons vers 23h à la maison, réservons un taxi pour le lendemain matin.

Un énorme merci à Arnaud, Nicolas et Judy de nous avoir fait découvrir la vie d’expatriés en Chine. Un grand merci à Nicolas et Judy de nous avoir accueilli pendant 3 nuits. C’est toujours un plaisir de retrouver des amis dans les pays que nous visitons. Nous vous souhaitons le meilleur en Chine et dans vos différents business.

 

Le 17/04 – Notre arrivée à Hong-Kong

Nous partons de chez Nicolas et Judy vers 6h45. Notre vol est prévu à 9h30. Nous avons une heure de taxi. Malheureusement, nous décollons avec 2h de retard. Il paraît que c’est normal. Les vols militaires sont prioritaires sur les vols commerciaux…

Après une escale à Kuala Lumpur nous arrivons enfin à Hong-Kong vers 15h. Le temps pour nous de récupérer nos sacs et de prendre les transports en commun, nous arrivons chez Gwenaëlle et Jérôme à 17h. Gwenaëlle est la sœur de Kévin, un ami de Soissons. Ils ont la gentillesse de nous héberger durant 5 nuits à Hong-Kong. Leur appartement est incroyable. Du haut standing ! La tête du personnel de sécurité, lorsqu’ils nous ont vu débarquer avec nos Backpacks. Pas certain qu’ils aient déjà vu des backpackers dans l’immeuble Highcliff…

Nous débriefons de notre voyage et dînons avec Gwenaëlle, Inès, Capucine et Albane, sans Jérôme, qui est en déplacement professionnel en Inde. Merci à la famille Baniol !

 

Le 18/04 – Jour 1 à Hong-Kong

Rattaché à la Chine depuis 1997, Hong-Kong garde son statut de région administrative spéciale jusqu’en 2047. D’ailleurs, les Hongkongais ne se considèrent pas comme chinois et pour nous non plus, Hong-Kong ce n’est pas la Chine. Tout est plus simple, plus propre, plus « civilisé ». Nous retrouvons une part d’occident dans cette ville-état, ancienne colonie britannique entre 1842 et 1997.

La ville-pays a ses avantages : développement économique (économie considérée comme la plus libérale au monde depuis 1995 selon la fondation américaine Heritage Foundation), place financière internationale, ouverture sur le monde, troisième ville la plus sûre au monde, espérance de vie la plus longue au monde en 2015, montagnes, verdures et plages à quelques minutes du centre… Et ses désavantages : tous les prix sont très élevés (loyers, boissons, alimentation…), sauf les taxis. Evidement les salaires sont indexés sur cette qualité de vie et sur les prix de la consommation. Les hongkongais et expatriés ne s’en plaignent donc pas.

L’état d’esprit et l’équilibre nature/ville est bien respecté. C’est une ville dans laquelle nous pourrions vivre. Enfin jusqu’en 2047… Car la Chine va reprendre ses droits… Et ça commence déjà.

Les premières visites à partir de 10h30 :

  • The Victoria Peak. Balade de 4/5km autour du mont. Cette marche nous a offert de super vue sur Hong-Kong. La descente en Tram pour retourner dans la ville est sympa.

  • Centre commercial The Peak. Il ne vaut pas le coup. Nous avons cependant découvert le concept Kala Toast. Enseigne, qui ne propose que des toasts au fromage, dont le célèbre toast arc-en-ciel.

  • Visite de la tour HSBC. L’une des plus mythique tour de Hong-Kong. Construite en 1985 pour un coût d’1 milliard de dollars. Nous sommes d’accord avec le Lonely Planet « un chef d’œuvre de sophistication, de précision et d’innovation. »

  • Quartier Kowloon.

    • Tsim Sha Tsui East Promenade : Garden of stars + promenade

    • Rail Clock Tower

    • Yau Ma Tei Tin Hau Temple

    • Marché de la Jade. Pas dans le même esprit qu’en Birmanie. Ici, nous ne trouverons que des produits finis. Pas un grand intérêt.

    • Shanghai street + Fruit market

    • Ladies Market. Un ensemble de boutiques pour touristes. La négociation est plutôt difficile.

    • Temple Street Niht Market. Parfait pour diner, même si les services sont rapides et que quelques cafards trainent ça et là.

Nous avons terminé la visite du quartier Kowloon par une salle de Majong. Comme les chinois, les hongkongais sont très joueurs.

 

Le 19/04 – Jour 2 à Hong-Kong et soirée arrosée avec Tiffanie et Jean-Seb

Nous commençons notre journée un peu plus tôt, vers 8h30 afin d’éviter les chaleurs durant notre trek.

  • Trek de la Dragon’s Back. 8,5km sous un soleil déjà costaud. Des vues surprenantes. Nous n’avons pas du tout l’impression d’être à Hong-Kong.

  • Big Wave Beach. Notre trek nous amène sur cette charmante plage. Nous déjeunerons sur place. Qui aurait cru que nous aurions les pieds dans le sable à Hong-Kong ?

  • Quartier Stanley 

    • Stanley market + Promenade

    • Black Pier

    • Murray House

    • Tin hau Temple

    • Centre commercial (qui ne vaut pas le coup)

Nous rentrons en début de soirée afin de nous doucher et passer une chemise pour retrouver Jean-Seb et Tiffanie au Bar SEVVA dans la Prince Building. Une vue imprenable sur la baie et sur les tours du quartier financier. La soirée bat son plein. Nous dinons et buvons beaucoup de verre au FAB (French American Bistro). Nous rentrons à 3h du matin sans le sou, mais heureux…

250€ d’addition pour 4 planches et beaucoup de bières à 10 balles ! Nous vous l’avons dit. Hong-Kong c’est très cher !

 

Que font Jean-Seb et Tiffanie ?

Jean-Seb travaille pour Kiabi. Il manage une équipe d’acheteurs pour toute la partie Asie de l’entreprise. Un bon poste qu’il occupe depuis 3 ans maintenant.

Tiffanie a créé sa société d’import-export de produits manufacturés, notamment d’ameublements. Elle se lance un nouveau défi en développant le textile. Ses clients viennent de France et du Portugal essentiellement.

Leur vie à complètement changée depuis 3 ans. Ils ont fait un gap important dans leur carrière professionnelle depuis leur installation à Hong-Kong.

 

Le 20/04 – Jour 3 à Hong-Kong

Un peu dur ce matin… Nous ne commençons la journée qu’à 10h30. La journée est cependant chargée. Voici notre programme :

  • Central Mid-level’s escalator. Le plus grand escalator du monde, enfin, une succession d’escalators. Grand prince, la ville de Hong-Kong pour nous remercier d’avoir emprunter ce passage nous re-crédite de 2$HK sur notre pass métro ! Pas de petites économies… D’ailleurs nous l’avions déjà fait hier avec Tiffanie et Jean-Seb la veille.

  • Market place at PMQ. Un bâtiment regroupant des boutiques de créateur. Plutôt cool comme endroit. Mais Mathilde n’a jamais voulu que Guillaume achète une tour Eiffel en bois, à construire soi-même, pour 40 balles ! Nota 1 : Mathilde a toujours raison.

  • Hollywood street jusqu’au Man Mo Temple. La pluie commence à tomber violemment. Guillaume continue tout de même de marcher… Mathilde pète un câble et souhaite s’abriter. Nota 2 : Mathilde a toujours raison. Nous en profitons donc pour déjeuner.

  • Cat street Upper Lascar Row. Le quartier des antiquaires. De nombreux commerçants exposent dans la rue sous des chapiteaux de fortune.

  • Bonhan strand. Le quartier des produits séchés (fruits et racines, entre autres).

  • Hong-Kong Museum of History. L’un des meilleurs musées que nous ayons faits. Les explications sont claires et les reproductions de qualité. Quand, comment et pourquoi Hong-Kong est devenu un comptoir britannique ? Nous y sommes restés quelques heures.

Nous n’avons pas encore pris le Star ferry et tout le monde nous en parle. Nous sortons du musée et prenons donc ce fameux ferry pour traverser la baie. La vue est pas mal effectivement, mais si c’était à refaire, nous le ferons la nuit afin de profiter du spectacle de son et lumières (même si celui-ci n’est pas incroyable d’après l’avis unanime de tous les expatriés).

Nous nous mettons en quête d’un cadeau. Après une longue recherche, nous trouvons une orchidée et une bougie d’intérieure. Nous dînons en famille, chez Gwenaëlle et Jérôme. Nous espérons que nos échanges sur Kyoto, les Baniol partent en voyage fin mai, seront utiles.

 

Le 21/04 – Une journée à Macau et soirée coréenne avec Pauline et ses amis

Nous étions indécis. « Macau on fait ? On fait pas ? » Nous avons décidé de le faire car pas sûr que nous ayons la chance de revenir. Nous prenons donc le ferry de 9h45 et une heure plus tard nous voilà à Macau (ou Macao).

Macau, comme Hong-Kong est une ancienne colonie européenne, portugaise cette fois. Le territoire, beaucoup moins étendu et beaucoup moins peuplé que sa consœur, dispose aussi d’un statut de région administrative spéciale jusqu’en 2049. Macau est rattaché à la Chine depuis 1999, après plus de 400 ans d’administration portugaise. La langue officielle reste le portugais, avec le chinois (cantonais). Macau est considéré comme le dernier comptoir ainsi que la dernière colonie européenne en Chine et en Asie.

Etonnant de voir les panneaux des rues traduits en portugais et de se retrouver au milieu de rues colorées et pavées à la portugaise.

Nous commençons donc par une visite historique de la ville :

  • St. Dominic’s Church

  • Ruines de Saint-Paul

  • Monte Fort

  • Jardim Lou Lim Loc

  • Colline de Guia + Phare

Mais Macau est surtout réputée pour être le Las Vegas asiatique. Nous voulons le découvrir.

Nous prenons donc le bus pour aller sur l’île de Taipa (toujours Macau) où se trouve les plus grands casinos et Palace. Nous ferons les deux principaux Palace/Casino :

  • The Venitian Macau (ne pas confondre avec celui de Las Vegas). 3000 chambres, 350 boutiques, 30 restaurants et le plus grand casino au monde. Coût de la construction en 2007 : 2,4 milliards de $ !

  • The Parisian

Attention à la démesure ! Répliques du pont des Soupirs, du Palais des Doges, de la Tour Eiffel, etc. Les intérieurs sont immenses et grandioses. Les salles de jeux sont gigantesques. Tout est fait pour déconnecter les joueurs. Ils sont hors du temps. Le jeu devient frénétique et addictif.

Pour ceux qui se posent la question, évidemment nous avons joué et évidemment nous avons perdu !

A notre retour à Hong-Kong, nous retrouvons Pauline Paradis pour un verre. Pauline travaille dans un cabinet d’architecte d’intérieur depuis 2 ans. Elle est installée avec son copain. Ils comptent bien profiter de la vie d’expatriés encore un bon moment. Pauline nous propose ensuite d’aller diner avec une dizaine d’amis dans un restaurant coréen. Bonne ambiance. Le plus marrant est que nous rencontrons Eléonore, une camarade de promotion du CESEM Reims (Groupe NEOMA) d’Ambroise. Le monde est très petit, nous le confirmons.

 

Encore un grand Merci à toute la famille Baniol !

A Kévin également pour nous avoir mis en contact et pour sa réactivité.

Bel esprit fraternel, français et picard.